Liberté

Afrique : l’immense espoir du marché unique du transport aérien

Voyager en avion d'un pays africain à un autre, comme en témoigneront ceux qui ont l’habitude de se déplacer dans les airs, est souvent laborieux, coûteux et fastidieux en raison de mauvaises liaisons aériennes découlant de politiques protectionnistes mal avisées.

Démocratie et liberté : un duo anti-pauvreté

Notre continent africain a peut-être acquis sa libération politique et a mis en place des gouvernements plus ou moins démocratiquement dans de nombreux pays, mais la lutte pour un développement économique est loin d'être gagnée.

Rwanda : Faut-il sacrifier la liberté pour sauver la croissance ?

Depuis 2000, Paul Kagamé tient le pouvoir d'une main de fer. Fort de son leadership éclairé et de son bilan économique reluisant (7% de croissance au cours des 3 dernières années), l’homme fort du Rwanda, entend briguer un nouveau mandat, ce qui lui permettra, potentiellement, de rester au pouvoir jusqu'en 2034. L’intention de Kagamé de se représenter est soutenue par des partisans qui sont prêts à renoncer à l’alternance démocratique en échange de la croissance. Ce contrat social - croissance en échange de liberté - est-il viable ?

Comment restaurer les fondements de la liberté

La légitimité de la liberté repose sur la nature de l'homme, non sur des «vérités évidentes» ou sur des «droits attribués par Dieu». C'est l'argument que Richard Ebeling défend dans son essai intitulé «Restaurer les fondements de la liberté». Les fondements respectifs de la vérité évidente et des droits d’ordre divin ont donné naissance à la tradition de la liberté individuelle, mais l'utilisation de ces arguments n'est plus désormais pertinente.

Guerre contre la burqa au Maroc : un coup d’épée dans l’eau?

Dans une circulaire adressée aux fabricants et vendeurs de la burqa, le ministère de l’Intérieur marocain prohibe à compter du 09/01/2017 la confection et la commercialisation dudit vêtement. Sans motiver cette décision, ni en préciser la portée temporelle, cette dernière viendrait s’insérer selon toute vraisemblance au dispositif de lutte anti-terroriste, entendu l’ampleur de la menace qui pèse sur le royaume. Cette mesure est-elle appropriée ou au contraire abusive, voire contreproductive ?