Liberté

La liberté est la source du progrès humain

Liberté : source de progrès

Sans son livre fondateur « La guerre de l'Afrique du Sud contre le capitalisme », l'économiste Professeur Walter Williams a déclaré que : «La solution aux problèmes de l'Afrique du Sud ce ne sont pas des programmes spéciaux, ce n’est pas la discrimination positive, ce ne sont pas des dons et ce n'est pas de l’Etat-providence. La solution est la liberté. Parce que si vous regardez autour du monde et que vous cherchez des gens riches, des gens d’origine diverses qui ont la capacité de bien s'entendre, vous les trouverez dans une société où il y a une liberté individuelle suffisante».

Lever les entraves à la libre circulation intra-africaine

Le projet d'intégration africaine a franchi plusieurs étapes majeures en 2018. L’une d’elles était l’adoption par l’Union africaine (UA) d’un protocole sur la libre circulation des personnes. La libre circulation des personnes entre les pays africains pourrait incontestablement booster la croissance. Une plus grande liberté de mouvement encouragerait le commerce, le tourisme et les investissements entre les pays africains ; permettrait aux étudiants d’étudier dans d’autres pays africains. L’ouverture du marché de l’emploi multiplierait les possibilités.

Le digne combat des femmes d’Aba pour la liberté

Les célèbres insurrections des femmes d’Aba en 1929 étaient une rébellion de deux mois menées par les femmes du marché local de la tribu Igbo du sud-est du Nigéria contre les pouvoirs excessifs du gouvernement britannique et de ses chefs à l’apogée du colonialisme. La rébellion a été déclenchée par l'imposition d'une politique fiscale à ce groupe de femmes traditionnellement exonérées d'impôt. Cet événement est un exemple de la longue histoire de l’Afrique animée très tôt des valeurs de la liberté en réponse à l’état déplorable de la condition humaine à travers le continent.

Afrique : pourquoi une seule compagnie aérienne est rentable

Il a fallu plusieurs années de négociations pour que Fastjet, une compagnie aérienne privée à bas prix basée en Tanzanie, obtienne les droits d’exploitation de la ligne Harare-Bulawayo. Pourtant, la distance de vol entre ces deux grandes villes du Zimbabwe n'est que d'environ 228 milles, soit un trajet de 45 minutes. Pire encore, il a fallu trois ans à Fastjet pour lancer son exploitation au Zimbabwe. Comment expliquer une telle aberration ?

Le capitalisme : un système économique moral

Le capitalisme contrairement à de nombreuses critiques est moral. Pourquoi ?  Parce qu’il repose sur les droits et libertés individuels. Andile Khumalo a écrit[1] qu'il faut évoluer vers un capitalisme qui place «la société plutôt que le profit au cœur des décision et actions des entreprises». Mais la justification morale du capitalisme ne réside pas dans ses effets «pour la société» ; sa justification morale est qu’elle repose sur la notion de droits individuels.