Eustace Davie

Afrique du Sud : Réduire le chômage en libérant l’enseignement !

Neuf millions de personnes sont sans emploi en Afrique du Sud. Il y a de nombreuses causes à cela, mais la plus importante est liée aux conséquences dévastatrices d'un système scolaire mal structuré et mal géré. Les programmes d'apprentissage sont inefficaces et conduisent de nombreux jeunes à l’échec. Au lieu d’en être des bénéficiaires, ils en deviennent les «victimes».

Liberté et prospérité : un duo gagnant

Fondamentalement, il existe deux types de sociétés. Le premier permet aux gens de prendre leurs propres décisions au sujet de leurs propres vies. Dans le second, quelqu’un  le fait à leur place. Dans le premier cas on profite de la liberté ; dans le second on subit la tyrannie. Sans surprise, la proportion avec laquelle la liberté ou la tyrannie domine détermine le bonheur ou le malheur, la richesse ou la pauvreté d'une société.

Aidez les chômeurs. Laissez-les juste travailler !

Sortir les chômeurs du carcan juridique du travail, leur permettre de conclure des contrats de travail avec l’employeur de leur choix, aux conditions de leur choix, et au salaire qu’ils jugent acceptable, est la manière la plus simple, la plus rapide et la moins coûteuse pour permettre à des milliers et des milliers de chômeurs de trouver un emploi. Le chômage est une urgence nationale qui doit être traitée avec la plus grande urgence. Pour aider, les chômeurs laissez-les travailler!

Afrique du Sud : le mirage du « salaire décent »

Le débat sur le salaire minimum, et le soi-disant «salaire décent», fait rage aux États-Unis, en Afrique du Sud et ailleurs. L’euphémisme du «salaire décent» peut paraître louable mais ses conséquences pourraient pourtant être dures et totalement indécentes. Pour beaucoup de gens, la dénomination appropriée ne devrait pas être salaire minimum, mais «salaire zéro». En effet c’est peut-être le sort réservé à de nombreux futurs chômeurs si l’on introduit sournoisement le salaire minimum national sous le manteau d'un «salaire décent».

Aux origines du miracle de l’île Maurice !

L’Ile Maurice se porte de mieux en mieux depuis que son gouvernement multiplie les mesures favorables à l’entrepreneuriat pour lutter contre la pauvreté. En une décennie le pays a pu gagner 16 places dans le classement mondial de la liberté économique (EFW), en passant de la 22ème place en 2000 à la 6ème place en 2013.