Haïti

Haïti asphyxié par l’Etat dirigiste

En août 2013, des bulldozers sont arrivés à Trou-du-Nord, en Haïti, pour confisquer des terres afin d’initier un programme de développement étatique dans la région, à savoir la plantation des bananes biologiques. Les Haïtiens se sont réveillés dans l’horreur, mal préparés aux actes ignobles qui les attendaient. Ils n’ont même pas eu le temps de récolter leurs légumes, ni de mettre à l’abri le bétail. Les familles ont été chassées de leurs foyers et l'économie locale a été remplacée par des plantations de bananes conformément à la planification centrale. Comment peut-on spolier une partie de la population sans le seul but de stimuler la production économique ?

Catastrophes naturelles et vulnérabilité des pays pauvres: le cas d’Haïti

Adolphine Dibangui – le 20 janvier 2010. Devant l’ampleur de la catastrophe à Haïti et le nombre de victimes on peut s’interroger sur l’importance des dégâts causés par le tremblement de terre. Aurait-il été si meurtrier et dévastateur si le pays n’était pas engoncé dans un tel état de pauvreté ?