Crise

Contrôle des prix : Des effets pervers trop souvent occultés

Hicham El Moussaoui, le 29 février 2008 -
Suite à la récente flambée des prix des produits alimentaires de base, de nombreux pays en voie de développement (Algérie, Maroc, Tunisie, Zimbabwe, etc.) ont décidé de contrôler les prix en imposant des prix « plafonds » aux offreurs moyennant des compensations financières afin de soutenir le pouvoir d’achat des consommateurs. Si la fin poursuivie semble louable, pourrait-on soutenir que le contrôle des prix est le moyen approprié pour y parvenir ? L’observation des expériences de plusieurs pays montre l’existence d’effets pervers trop souvent occultés.

L'erreur économique de l'administration Bush

William Niskanen, le 29 janvier 2008 -Le Président américain George W. Bush et Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des Représentants sont, malheureusement, tombés d’accord sur un paquet de relance économique complètement rétrograde. Le plan comprend entre autres une ristourne fiscale ou un crédit d’impôt pouvant se monter jusqu’à 1.200 dollars pour chaque famille disposant d’un revenu annuel de moins de 150.000 dollars, ainsi qu’une réduction temporaire de l’impôt sur l’investissement d’affaires. Tout cela est contraire au bon sens économique.