USA

Les sécheresses, les famines et les marchés



Beaucoup de lycéens lisent Les Raisins de la Colère de John Steinbeck. Dans ce livre, l’auteur décrit le « Dust Bowl » des années 30 et les souffrances qu’ont endurer beaucoup d’américains  en raison de la violente sécheresse, de techniques agricoles primitives et de la tempête de poussière qui s’en est suivie au Texas, dans l’Oklahoma et dans d’autres états. Alors que le Midwest américain a été touché par la sécheresse cet été, il est intéressant d’étudier pourquoi les mauvaises récoltes n’ont pas, dans ce cas, conduit à des pénuries de nourriture et à d’autres problèmes graves.

Le protectionnisme a-t-il permis le miracle américain ?

La plupart des économistes s’accordent sur le fait qu’il est préférable pour un pays de s’ouvrir à l’économie mondiale plutôt que d’ériger des barrières commerciales. En générant des gains de productivité associés à la division du travail et à la spécialisation, le libre-échange augmente le niveau de vie des habitants du pays qui l’adopte.

Mars : Une coûteuse curiosité

Si l’on compte bien, à 2,5 milliards de dollars, le rover « Curiosity » (Curiosité) est l’un des projets de la NASA les plus coûteux de tous les temps. Et le faire atterrir a constitué un défi d’ingénierie sans précédent : c’est un véhicule deux fois plus long et cinq fois plus lourd que ses prédécesseurs, dont il a fallu faire ralentir la vitesse de 21 000 km/h pour un atterrissage en douceur en l’espace de sept minutes.

La guerre civile en Syrie dans le puzzle Moyen-Oriental

Alors que la guerre civile syrienne prend une tournure toujours plus chaotique et sanglante, certains experts avertissent que le conflit qui se joue ne se résume pas à de nobles rebelles épris de liberté face à un régime malfaisant. Il s’agit plutôt d’une lutte complexe impliquant plusieurs factions ethniques et religieuses. Le contexte régional du conflit syrien est tout aussi complexe, reflétant à la fois une lutte géopolitique triangulaire pour la domination entre l’Arabie saoudite, l’Iran et la Turquie d’un côté et la vieille rivalité entre sunnites et chiites de l’autre.

Les limites de la diplomatie coercitive avec l’Iran

L’histoire montre que les sanctions inflexibles conduisent rarement aux résultats souhaités. Si les sanctions actuelles échouent à modifier le comportement de l’Iran ou à conduire son peuple à la révolte, alors l’Occident devrait résister à l’envie d’en imposer de nouvelles, et devrait lever les actuelles.