Politique

Afrique du Sud : l’ironie d’une Présidence Zuma

Rejoice Ngwenya, Harare, le 2 février 2008 -Si Jacob Zuma, le douteux nouveau président du Congrès National Africain (ANC) de l'Afrique du Sud obtenait aux prochaines élections une victoire - écrasante ou pas, cela serait de mauvais augure pour la politique du 21ème siècle en Afrique. Cette dernière n’est certes pas immunisée contre la rhétorique socialiste. Reste à espérer que les Sud-Africains seront assez sages pour savoir qu’il serait suicidaire en 2009 de sacrifier sur l'autel d’un populisme simpliste une domination régionale et continentale durement gagnée.

L'erreur économique de l'administration Bush

William Niskanen, le 29 janvier 2008 -Le Président américain George W. Bush et Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des Représentants sont, malheureusement, tombés d’accord sur un paquet de relance économique complètement rétrograde. Le plan comprend entre autres une ristourne fiscale ou un crédit d’impôt pouvant se monter jusqu’à 1.200 dollars pour chaque famille disposant d’un revenu annuel de moins de 150.000 dollars, ainsi qu’une réduction temporaire de l’impôt sur l’investissement d’affaires. Tout cela est contraire au bon sens économique.

France : Quelle "politique de civilisation" ?

Emmanuel Martin le 18 janvier 2008 - Lors de ses premiers vœux aux Français en tant que Président de la République Française, puis lors de la conférence de presse du 8 janvier, le Président français Nicolas Sarkozy a souhaité une « politique de civilisation ». En effet, selon lui « depuis trop longtemps la politique se réduit à la gestion, restant à l’écart des causes réelles de nos maux qui sont souvent plus profonds ». Voici qu’est donc proposée une « politique » de plus. Cette proposition peut laisser sceptique.

Le Pakistan des Bhutto

Khalil Ahmad, le 4 janvier 2008 -
L’assassinat de Benazir Bhutto rappelle les meurtres cruels et traîtres sous les monarchies historiques quand la principale préoccupation royale était d’accaparer et garder le pouvoir. Ni les liens de sang ni les liens d’amitié ne pouvaient faire obstacle à cette soif de pouvoir. Le sort du Pakistan depuis sa création peut se résumer à cette politique de la brutalité.