Démocratie

Le Botswana : une exception africaine

Errachid Majidi - Le 29 avril 2009. Au milieu du tableau sombre dressé par les médiocres résultats économiques et politiques des pays africains depuis leurs indépendances, le Botswana semble exceptionnellement sortir du lot. Ce pays de l’Afrique australe qui a les mêmes conditions géographiques et historiques, considérées comme des facteurs de blocage dans d’autres pays, a pu instaurer dès son indépendance un système politique démocratique et a connu une croissance économique stable. Dans ce cadre, il nous paraît légitime de poser deux questions

Démocratie en Guinée : quel rôle pour la communauté internationale et l’Union africaine ?

Noël Kodia - Le 27 avril 2009. Ayant pris le pouvoir par force après le décès de Lansana Conté depuis décembre 2008, le capitaine Moussa Dadis Camara s’est autoproclamé président de Guinée en rassurant l’opinion nationale et internationale qu’il devait opérer une transition politique pour organiser des élections libres et transparentes. Malgré quelques réticences, la Communauté internationale l’a accepté, lui priant de « faire vite » afin que le cadre constitutionnel revienne au pays. Un nouveau défi pour la Communauté internationale et l’Union Africaine

« Eurafrique ou Librafrique » de Mamadou Koulibaly

Une revue de livre par Noël Kodia, le 9 avril 2009 - Voici un livre qui demande aux Africains d’assumer leur destin devant une certaine insolence de l’Occident lorsqu'il se comporte comme pendant la colonisation. Un livre publié chez l’Harmattan en février 2009 qui se fonde sur les relations on ne peut plus boiteuses entre l’Europe et l’Afrique, où la Françafrique est encore présente. L’auteur le spécifie par l’exemple de son pays la Côte d’Ivoire (dont il est le président de l'Assemblée Nationale) avec sa rébellion de 2002, et qui peine à organiser la prochaine élection présidentielle.

Démocratie africaine : la problématique de la « nation »

Noël Kodia et Emmanuel Martin, le 10 mars 2009 - Alors que le président de la Guinée-Bissau a été tué et que le premier ministre zimbabwéen a été victime d’un accident suspect, force est de constater que la démocratie en Afrique a toujours le plus grand mal à fonctionner. Le pouvoir agit comme un aimant qui empêche le plus souvent l’alternance. Comment expliquer cet échec de la démocratie africaine ?

Le partage de pouvoir au Zimbabwe : un mirage africain

Marian Tupy - Le 17 février 2009. Morgan Tsvangirai, le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), a enfin récupéré son dû en devenant Premier ministre du Zimbabwe le 11 février dernier. Durant une décennie, il a subi mauvais traitements, emprisonnement et torture entre les mains de l'État. Maintenant, il reçoit le cadeau empoisonné d'une économie effondrée et hérite de l'impossible tâche de gouverner aux côtés de son bourreau, Robert Mugabe, qui demeure président. Ce partage du pouvoir a été salué comme « une solution africaine à un problème africain ».