Démocratie

Égypte : ne pas suivre l'exemple iranien

Le 11 février 2010 - Alors que l'Égypte est à la croisée des chemins, beaucoup s'inquiètent de la prise du pouvoir par les Frères Musulmans. Cet article sur l'Iran de Nicolaye Lamy, lui-même iranien, permet de mieux comprendre, même si la publication date de 2008, qu'un régime islamiste n'est pas la solution

Afrique : liberté économique avant démocratie ?

Emmanuel Martin - Le 16 juin 2009. Nouveau coup dur pour la démocratie africaine le mois dernier – cette fois-ci au Niger. En dehors d’exceptions comme le Ghana ou du Botswana, force est de constater que la transplantation de la démocratie occidentale en Afrique n’a pas été un vif succès. Coups d’État, violences post-électorales, modifications de la constitution supprimant les limitations du nombre de mandats présidentiels, la démocratie africaine ne semble pas s’imposer comme l’aurait souhaité la communauté internationale et sans doute une majorité d’africains. Ce fait suscite un questionnement autour de la pertinence même du concept de démocratie occidentale imposé en et à l’Afrique.

Mamadou Tandja : Un autre exemple inquiétant pour la démocratie africaine

Noël Kodia - Le 10 juin 2009. Après deux mandats que lui autorise la Constitution de son pays, Mamadou Tandja qui avait pourtant déclaré qu’il ne modifierait pas la Constitution pour briguer un troisième mandat, vient, une fois de plus, de prouver que la démocratie pluraliste a du mal à s’implanter sur le continent.

Élections : la Côte d'Ivoire sera-t-elle prête ?

Noël Kodia - Le 11 mai 2009. Pressée par la Communauté internationale et plus particulièrement par les Etats Unis et l’Union européenne, les acteurs politiques ivoiriens viennent d’annoncer la période de l’élection présidentielle que l’on attend depuis plusieurs années. Leur ambassadeur aux Nations Unies a déclaré le 28 avril 2009 qu’elle se déroulerait entre le 11 octobre et le 6 décembre. Au chef de l’Etat de fixer la date précise.

Panama : quelles perspectives après les élections ?

Juan Carlos Hidalgo – Le 5 mai 2009. L’élection présidentielle de ce dimanche au Panama a été quelque peu ignorée, notamment aux Etats-Unis et même en Amérique latine. Pourtant cette élection compte. Le candidat d’opposition, l’entrepreneur Ricardo Martinelli, a nettement devancé la candidate du parti au pouvoir, Balbina Herrera, en remportant 60% des voix. M. Martinelli est le cinquième président depuis que le gouvernement constitutionnel civil a été rétabli en 1989.