Démocratie

Tunisie : Quand la gestion étatique du culte fait le lit de l’extrémisme

Le processus de transition démocratique en Tunisie est visiblement exposé à de nombreuses menaces, notamment l’extrémisme des islamistes. D’aucuns disent que la violence exercée au nom de la religion est encouragée par d’autres États anti-démocratiques, d’autres suspectent le parti Ennahda d’avoir permis la propagation de ce phénomène par incompétence ou par laxisme. Mais, qu’en est-il du rôle qu’a joué et que joue encore l’État tunisien ? L’administration monopolistique du religieux, n’alimente-t-elle pas l’extrémisme islamiste en Tunisie ?

Démocratiser les partis politiques africains

Dans la politique africaine, pour des raisons de configuration ethnique du vote, on suit peu la cohérence des partis politiques qui prétendent incarner le changement. La question est de savoir si ces partis peuvent prétendre poursuivre l’idéal démocratique sans être eux-mêmes exemplaires avant, pendant et après leur prise de pouvoir.

Bornes et limites de la responsabilité en Afrique

Pourquoi a-t-on le sentiment que les pays africains sont incapables de réels progrès dans l’administration de nos sociétés ? Les réponses sont sans doute nombreuses et diverses. Mais une chose est sûre : nos pays sont en général confrontés à un mal récurrent et pernicieux qui se présente sous la forme d’une impossibilité à déterminer les différents niveaux de compétence et de responsabilité dans tous les domaines. Qui doit faire quoi ? commence et finit la responsabilité de chacun ?

Afrique: Est-ce que la démocratie garantit le développement?

Abraham Lincoln définit la démocratie comme « le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple ». En cela, il met l'accent sur la nécessité pour les gens de prendre en charge les questions qui déterminent leur destin et suggère un lien direct entre le gouvernement et le peuple. Dans son livre « la fin de la pauvreté », Jeffrey Sachs soutient que la démocratie est une condition préalable au développement économique. Selon lui, un régime qui est despotique, arbitraire et sans foi ni loi, peut facilement détruire le développement.

Le bilan mitigé des Commissions électorales indépendantes en Afrique

Au moins huit élections présidentielles se réaliseront en 2015 en Afrique notamment au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Nigeria, en Guinée, au Togo, au Soudan et au Burundi. Dans la recherche de l’alternance au pouvoir, on note la difficulté d’un dialogue constructif autour de l’organisation des élections. Cela engendre des risques de crise postélectorale majeurs qui nous poussent à nous interroger sur les capacités réelles des Commissions électorales existantes.