Démocratie

Chávez : Quel legs ?

Le nationalisme économique et le régime autoritaire qu’Hugo Chávez laisse en héritage vont hanter le Venezuela et les pays voisins pour de nombreuses années.

Le complexe militaro-industriel s'exporte en Égypte

Il est presque impossible d’échapper à l’hystérie de l’establishment de Washington à l’égard du « séquestre » - 85 milliards de dollars de coupes budgétaires indistinctes, soit une réduction inférieure à 2,3 % du budget fédéral de 3 640 milliards de dollars. Malgré toute la rhétorique exaltée quant aux conséquences du séquestre sur les dépenses militaires, décrites comme « dévastatrices », « scénario catastrophe», et même « vidage de la force », peu de gens aux USA savent leurs dollars durement gagnés vont et si oui ou non ces dépenses sont absolument nécessaire. Et parmi les nombreux programmes fédéraux dispendieux on trouve la subvention pluri-décennale des contribuables américains aux militaires d’Égypte.

L’absolutisme inefficace : leçons pour l’Afrique

Le trait commun à de nombreux pays africains francophones est de s’être inspirés du système présidentialiste à la française, issu de la Vème République. Dans un livre décapant, publié il y a deux décennies mais d’une étonnante actualité, feu Jean-François Revel dresse un portrait sans concession de l’« absolutisme inefficace » de la République française. 20 ans plus tard, la leçon vaut toujours et elle devrait être rendue obligatoire à lire pour tous les étudiants de première année de droit, et notamment en Afrique le « présidentialisme » fait des ravages en empêchant une véritable démocratie responsable d’émerger.

Des élections libres et concurrentielles font-elles une démocratie? Peut-être pas : l’exemple de la Tanzanie

La Tanzanie ressemble beaucoup à une démocratie. Cette nation d'Afrique tient des élections multipartites depuis 1995 et les observateurs internationaux les ont jugées libres et concurrentielles. En Tanzanie, le décompte des votes est correct, les partis d'opposition se font activement concurrence, et le parti au pouvoir, le Chama Cha Mapinduzi (CCM), qui contrôle le gouvernement depuis l'indépendance, semble jouer selon les règles.

Quelle opposition burkinabè ?

C’est sans surprise que l’opposition Burkinabè a échoué, et ce pour une Nième fois, aux élections municipales et législatives couplées du 02 décembre dernier. N’ont que cette défaite n’ait pas été prévisible, mais elle pose une fois encore la question suivante : quelle place pour quelle opposition burkinabè ?