Kenya

Kenya : absurdité de la préférence nationale pour les artistes locaux

Artistes kenyans accrochés à la préférence nationale

L’appel, lancé récemment aux stations de radio et de télévision kenyanes afin de donner aux artistes locaux une préférence accrue dans la diffusion des morceaux de musique au détriment de leurs homologues étrangers, est la dernière tentative désespérée de l’industrie du divertissement du pays pour redorer le blason de la musique kenyane. Malheureusement, ils s’y prennent mal.

Kenya : pourquoi les maris pauvres sont-ils plus violents ?

Le taux de violence domestique en Afrique subsaharienne est l'un des plus élevés au monde. Au Kenya, plus de 47% des femmes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles. Ce chiffre est supérieur aux estimations globales de 81 pays qui montrent que près de 30% des femmes sont victimes de violence physique ou sexuelle de la part de leur partenaire intime au cours de leur vie.

Kenya : pourquoi la taxe Robin Hood sera-t-elle nuisible ?

Le gouvernement kenyan vient de décider d’abroger la loi sur le plafonnement des taux d’intérêt et son remplacement par une autre dénommée « Robin Hood Tax » qui prévoit une taxation des opérations de transfert de fonds supérieur à 500 000 Shilling Kenyan (environ 5000 $ US). L’objectif visé est d’accroitre considérablement les recettes fiscales pour limiter l’endettement. Au vu des résultats de la précédente loi, la nouvelle va-elle atteindre les résultats escomptés ? Il est permis d’en douter, et ce pour plusieurs raisons.

Les élections sont-elles vraiment synonymes de démocratie ?

La transition du Kenya vers une démocratie multipartite en 1991 a été l'un des cas les plus prometteurs de changement politique en Afrique. Avant cela, le Parti de l'Union Nationale du Kenya (KANU) avait monopolisé le pouvoir depuis la mise hors la loi de l'opposition politique en 1982. Le passage d'un État à parti unique à un État multipartis était un événement vraiment important.

Kenya : Le secret de la fin des crises électorales.

Le Kenya s’est malheureusement inscrit dans la spirale de crises électorales. La présidentielle, du 8 août 2017, invalidée par la Cour Suprême, alors que la commission électorale avait déclaré le Président sortant Urhuru Kenyata vainqueur, n’a pas échappé à cette spirale. Son invalidation a conforté l’opposant Raila Odinga dans sa revendication de la réforme de la Commission Electorale. N’ayant pas obtenu gain de cause, il a boycotté le scrutin du 26 octobre.  Cela a conduit inéluctablement à la réélection d’Urhuru Kenyata plongeant de nouveau le Kenya dans une crise.