Kenya

Kenya : Ces femmes qui construisent la paix !

Kenya : Ces femmes qui construisent la paix !

Les femmes ne sont jamais assez représentées lors des négociations de paix, alors même qu'elles constituent la moitié de la population de tout pays en conflit ou en guerre. Et pourtant, elles sont particulièrement touchées par les conflits. Il faudrait donc les inclure dans les processus de paix et de sécurité.

Transports au Kenya : Non au contrôle des prix !

Non au controle des prix dans le secteur du transport au Kenya

Le ministère des transports du Kenya propose une révision des tarifs appliqués par les véhicules de transport en commun, connus sous le nom de Matatu. L’objectif est de réduire les coûts de ce service pour les citoyens pauvres. Malgré les bonnes intentions entourant cette proposition, la réglementation des prix dans le secteur des transports ne peut avoir que des effets néfastes sur l’économie. Compte tenu de l’importance de ce secteur pour le PIB du Kenya, est-ce une bonne idée ?

Kenya : absurdité de la préférence nationale pour les artistes locaux

Artistes kenyans accrochés à la préférence nationale

L’appel, lancé récemment aux stations de radio et de télévision kenyanes afin de donner aux artistes locaux une préférence accrue dans la diffusion des morceaux de musique au détriment de leurs homologues étrangers, est la dernière tentative désespérée de l’industrie du divertissement du pays pour redorer le blason de la musique kenyane. Malheureusement, ils s’y prennent mal.

Kenya : pourquoi les maris pauvres sont-ils plus violents ?

Le taux de violence domestique en Afrique subsaharienne est l'un des plus élevés au monde. Au Kenya, plus de 47% des femmes ont été victimes de violences physiques ou sexuelles. Ce chiffre est supérieur aux estimations globales de 81 pays qui montrent que près de 30% des femmes sont victimes de violence physique ou sexuelle de la part de leur partenaire intime au cours de leur vie.

Kenya : pourquoi la taxe Robin Hood sera-t-elle nuisible ?

Le gouvernement kenyan vient de décider d’abroger la loi sur le plafonnement des taux d’intérêt et son remplacement par une autre dénommée « Robin Hood Tax » qui prévoit une taxation des opérations de transfert de fonds supérieur à 500 000 Shilling Kenyan (environ 5000 $ US). L’objectif visé est d’accroitre considérablement les recettes fiscales pour limiter l’endettement. Au vu des résultats de la précédente loi, la nouvelle va-elle atteindre les résultats escomptés ? Il est permis d’en douter, et ce pour plusieurs raisons.