Kenya

Kenya : l’abandon du plafonnement des taux d’intérêt

En 2016 le gouvernement kenyan avait opté pour le plafonnement des taux d’intérêt. Cette mesure visait à réduire le coût du crédit et permettre aux pauvres d’accéder au financement. Trois ans après son entrée en vigueur, le gouvernement a demandé et obtenu son abrogation. Pourquoi une telle décision est-elle sage ?

Kenya : stop à l’acceptation des violences faites aux femmes !

Violence faite aux femmes au Kenya

L’Afrique subsaharienne présente l’un des taux de violence domestique les plus élevés au monde. Au Kenya, plus de 47% des femmes sont victimes de violences physiques et sexuelles. Ce taux est supérieur à la moyenne mondiale. 25% des femmes dans le monde sont victimes de violence avec leur partenaire intime au moins une fois dans leur vie. Au Kenya, cependant, la violence domestique à l'égard des femmes augmente à un rythme alarmant.

Kenya : Ces femmes qui construisent la paix !

Kenya : Ces femmes qui construisent la paix !

Les femmes ne sont jamais assez représentées lors des négociations de paix, alors même qu'elles constituent la moitié de la population de tout pays en conflit ou en guerre. Et pourtant, elles sont particulièrement touchées par les conflits. Il faudrait donc les inclure dans les processus de paix et de sécurité.

Transports au Kenya : Non au contrôle des prix !

Non au controle des prix dans le secteur du transport au Kenya

Le ministère des transports du Kenya propose une révision des tarifs appliqués par les véhicules de transport en commun, connus sous le nom de Matatu. L’objectif est de réduire les coûts de ce service pour les citoyens pauvres. Malgré les bonnes intentions entourant cette proposition, la réglementation des prix dans le secteur des transports ne peut avoir que des effets néfastes sur l’économie. Compte tenu de l’importance de ce secteur pour le PIB du Kenya, est-ce une bonne idée ?

Kenya : absurdité de la préférence nationale pour les artistes locaux

Artistes kenyans accrochés à la préférence nationale

L’appel, lancé récemment aux stations de radio et de télévision kenyanes afin de donner aux artistes locaux une préférence accrue dans la diffusion des morceaux de musique au détriment de leurs homologues étrangers, est la dernière tentative désespérée de l’industrie du divertissement du pays pour redorer le blason de la musique kenyane. Malheureusement, ils s’y prennent mal.