Emmanuel Martin

« Justice Climatique » : des milliards pour l’Afrique ?

Alors que les négociations sur le climat semblent piétiner à Doha, le Groupe Afrique dans les négociations internationales sur le changement climatique a, par la voix de son porte-parole dans une tribune du 4 décembre dans le journal Le Monde (1), fustigé  le « silence radio » des pays du Nord sur l’engagement, déjà discuté au sommet de Nice en 2010 autour de N. Sarkozy, à mobiliser 100 milliards de dollars par an pour les pays pauvres pour qu’ils puissent lutter contre le réchauffement climatique. Le « Groupe Afrique » semble avoir la morale de son côté.

Afrique : Défragmenter

Afrique : Défragmenter

Peu à peu, les dirigeants africains évoluent vers l’option d’une zone de libre échange africaine, avec pour objectif 2017. Voilà une bonne nouvelle car le manque d’intégration commerciale au sein même de l’Afrique est difficilement compréhensible. Bien sûr , on doit souhaiter que cette zone de libre échange ne se transforme pas en nouveau bloc protectionniste à l’égard de l’extérieur, mais gageons que le mouvement va dans la bonne direction.

L'industrialisation, condition du développement de l'Afrique ?

Le 20 novembre est célébrée la journée de l’industrialisation de l’Afrique. L’industrialisation est traditionnellement prônée sur la base de l’argument qu’elle est le meilleur atout pour sortir les populations de la pauvreté. Dans quelles conditions ? Et, est-ce toujours vrai ?

Entrepreneurs en grève

Excédés par la pression réglementaire et fiscale qui s’accumule sur leurs épaules depuis tant d’années, et qui s’est nettement intensifiée avec les choix du nouveau gouvernement, le mouvement des entrepreneurs en colère en France a comme un goût de déjà-vu. C’est en effet un peu leur histoire que l’on retrouve dans le roman Atlas Shrugged (« La grève »  en français*)

Refusons la misère en refusant le refus de la création de richesse

Le 17 octobre célèbre la journée mondiale du refus de la misère. Se battre pour cette noble cause ne doit cependant pas se résumer à demander, par exemple, davantage d’aide internationale vers les pays dits « pauvres ». Car la misère, notamment en Afrique, est d’abord le résultat de politiques publiques malavisées empêchant la création de richesses pour l’immense majorité de la population.