Réformes

Vie chère : Nouh El Harmouzi interviewé dans Afrik.com

Nouh El Harmouzi interviewé par Afrik, le 9 avril 2008 -
Pourquoi une telle hausse du coût de la vie en Afrique ? La journaliste d'Afrik.com Falila Gbadamassi se pose la question et a demandé quelques éclaircissements à Nouh El Harmouzi de l'équipe d'UnMondeLibre.org. Protectionnisme, subventions, et contexte institutionnel rigidifié empêchent l'ajustement de l'offre à une demande accrue sur bien des marchés : il ne peut qu'en résulter une hausse des prix. Mais les politiques monétaires peuvent aussi expliquer la hausse des prix, et le Zimbabwe en est l'exemple typique. Alors faut-il contrôler les prix comme on l'entend souvent ? Certainement pas : cela reviendrait à traiter le symptôme et à déplacer les problèmes en générant de nouveaux déséquilibres.

La taxe plate : l'impôt pour les pays en développement

Deepak Lal, le 31 mars 2008 -
Un des débats les plus importants aujourd’hui en matière de politique publique dans les pays occidentaux (y compris les Etats-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni) concerne l’introduction d’un taxe plate (la flat tax, ou impôt proportionnel) pour remplacer leurs systèmes fiscaux très compliqués aux effets pervers redoutables. Ce débat fait suite à un long consensus post-keynésien quant à la conduite de la politique économique. Il est utile d’examiner cette taxe plate pour montrer dans quelle mesure elle serait particulièrement intéressante pour des pays en voie de développement tels que l’Inde.

Les enseignements de la transition roumaine

Radu Nechita, le 25 février 2008 -
Il existe de plus en plus de pays africains qui choisissent la démocratie et les élections libres comme mécanisme de légitimation du pouvoir politique et l’ouverture de leurs marchés à la concurrence. La Roumanie a commencé une transition similaire il y a presque deux décennies, lorsque Ceauşescu, l’ancien dictateur communiste a été chassé du pouvoir. Dans ce processus complexe, il est souvent plus difficile d’identifier les bonnes décisions que d’éviter les mauvaises. La Roumanie, par les nombreuses erreurs commises durant son interminable transition peut apporter autant d’enseignements aux réformateurs africains.

Un ciel ouvert pour un décollage du tourisme

Hicham El Moussaoui, le 18 février 2008 -
Le secteur du tourisme constitue un levier de croissance pour la Tunisie et pour le Maroc dans le sens où il représente la principale source d’investissement et de création d’emplois. Les deux pays partagent la même cible (principalement les touristes européens) mais également les mêmes avantages comparatifs (soleil, proximité, tarifs bas). En dépit de la diversité de son offre, le Maroc a toujours été devancé par la Tunisie en termes de nombre de visiteurs. Pour la première fois, en 2007, le nombre de touristes accueilli par le Maroc a dépassé celui de la Tunisie (7,45 contre 6,7 millions). Quelles sont les raisons de ce revirement de situation ?

L'Afrique et le "modèle" chinois

James Kathuri, le 29 janvier 2008 -Le processus de transition économique en Chine est très instructif dans la mesure où il peut fournir un certain nombre d’enseignements intéressants et importants pour d'autres économies en transition, quant à la stratégie de réforme à poursuivre : son rythme, les secteurs à cibler en priorité, son ordonnancement et les ingrédients clés.