Réformes

La Géorgie, championne des réformes

Emmanuel Martin*- le 20 octobre 2008. Quoi qu’on ait pu penser de l’intervention militaire géorgienne contre la province séparatiste d’Ossétie du Sud en août dernier, il faut noter le courage de la Géorgie en matière économique. Et ce d’autant que le turbulent voisin russe qui cherche à remettre au pas ses anciennes provinces, est revenu vers un modèle économique désuet, centralisé et nationalisé. La Géorgie est donc un exemple en matière de réformes ; des réformes qui ont lui ont permis de profiter d’une croissance d’au moins 9% l’an depuis quatre ans, et de voir ses exportations et ses investissements exploser.

Marché du travail marocain : les réformes indispensables à la lutte contre la pauvreté

Hicham El Moussaoui, le 6 octobre 2008 - Récemment, le gouvernement marocain a annoncé une augmentation de 10%, étalée sur deux ans (2008 et 2009), du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG). A l’image des autres réglementations protégeant les travailleurs, cette décision est présentée comme un moyen de lutte contre la pauvreté. Malheureusement, la richesse ne se décrète pas.

Libérons la croissance africaine

Alec van Gelder, le 18 septembre 2008 - L’échec des politiques de l’aide au développement et du dernier cycle de Doha de l’OMC ne sont pas nécessairement un désastre pour les économies africaines.

Quelle politique fiscale pour une bonne gouvernance ?

Emmanuel Martin le 25 août 2008 - En Italie, le ministre de la simplification administrative, Roberto Calderoli, présentera mi-septembre en conseil des ministres son projet de fédéralisme fiscal. L’idée est de mettre un terme au système italien dans lequel l’Etat centralise les recettes pour les redistribuer.

La politique énergétique d'ouverture au Maroc

Khadija El Issaoui le 11 août 2008 - Les ressources énergétiques constituent un vecteur essentiel du développement économique et social. Les prévisions établies par l’Agence Internationale de l’Énergie en 2007 indiquent que les besoins mondiaux en énergie primaire augmenteront de 55 % entre 2005 et 2030, à un taux annuel moyen de 1,8 %.