Afrique

L'argent peut-il résoudre le problème du développement de l'Afrique ?

L'Afrique peut-elle être sauvée par l'argent de l'aide ? Une question qui se pose depuis plusieurs décennies. Si oui, sous quelles conditions ? Si non, pourquoi ? De Donald Kaberuka à William Easterly, en passant par James Shikwati

Les dirigeants africains sont-ils trop vieux pour gouverner ?

Les décideurs et les économistes ont toujours cherché les raisons des piètres résultats économiques en Afrique. La question est pertinente sachant que différents rapports montrent non seulement à quel point l'Afrique est en retard par rapport au reste du monde, mais interpellent sur certaines tendances économiques dangereuses. Malheureusement, parmi toutes les raisons identifiées, un facteur a été négligé : l'âge incroyable de certains dirigeants africains et son impact possible sur la qualité de leur leadership.

Contrôle des changes en Afrique du Sud : suivre le conseil de Mandela

L'Afrique du Sud doit apprendre de l'expérience du Zimbabwe. Au cours de la période 2009-2013 où le MDC de Morgan Tsvangirai dirigeait le ministère des finances, le Zimbabwe a levé tous les contrôles sur les devises et les prix. Les résultats ont été spectaculaires: la croissance économique s’est élevée à 8% en moyenne par an pendant cinq ans, et le taux d’inflation a reculé pour atteindre le taux de 7%.

Comment l’OIF a été instrumentalisée par la France?

Dès la fin de cette année, la canadienne Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie depuis 2014, cédera son fauteuil à la ministre des affaires étrangères rwandaise Louise Mushikiwabo. Cette dernière a été élue le 12 octobre 2018 lors du 17ème sommet de l’institution qui s’est déroulé à Erevan. Une élection qui a surpris plus d’un. Mais encore plus surprenant fut le soutien apporté par la France à la candidature de la ministre rwandaise. Alors pour beaucoup, l’OIF originellement un instrument de promotion culturelle, est devenu  un instrument politique aux mains de la France. Qu’en est-il vraiment ?

Comment le marché a libéré les femmes

Les droits de douane de plus en plus élevés, imposés par les États-Unis sur les importations, et la guerre commerciale naissante avec la Chine (éventuellement d’autres pays), lèsent particulièrement les femmes. Récemment, une autre série de droits de douane sur les importations est entrée en vigueur, augmentant les prix de centaines de produits particulièrement importants pour les femmes, notamment les produits alimentaires et les appareils ménagers.