Monnaie

Mais où est donc l'inflation ? Bientôt près de chez vous

En Décembre 2008, la Réserve fédérale américaine a fait chuter son taux directeur à près de zéro. En Mars 2009 elle annonçait un ambitieux programme d'achat de titres adossés à des créances hypothécaires. Ces actions ont été suivies par des cycles successifs de mesures d'assouplissement monétaire sans précédent. Les économistes prédisaient une flambée de l'inflation. Ont-ils eu tort ?

L’inflation n’est-elle que monétaire ? Le cas de la RDC

La  Politique monétaire de la République Démocratique du Congo a fait de la stabilité des prix son cheval de bataille, s’inspirant ainsi du courant monétariste qui stipule que l’accroissement de l’offre de monnaie n’a pour effet à long terme que « l’inflation ». Dans cette perspective, l’inflation n’est qu’un phénomène monétaire de par son origine, ses manifestations et sa propagation.

Maroc : la sous-liquidité du secteur bancaire seule responsable du problème de financement de l’économie ?

D’après la dernière note de conjoncture publiée par la Banque Centrale marocaine (Bank-Al-Maghrib, BAM), le déficit de liquidités des banques ressort à 76 MM DH. Un chiffre qui fait écho aux difficultés de financement rencontrées par les  ménages et les entreprises. Cette aggravation intervient un mois après  la décision du directeur de Bank Al-Maghrib de maintenir le taux directeur à 3%, de baisser le taux des réserves obligatoires à 4%, et de continuer ses avances à 7 jours pour booster la liquidité du système bancaire et partant relancer la machine de crédit.  Le problème de financement de l’économie est-il lié uniquement à la sous-liquidité des banques ?

Zimbabwe : Il y a quatre ans, la deuxième plus grande hyperinflation du monde

À la mi-Novembre 2008, le Zimbabwe connaissait la deuxième plus forte hyperinflation dans le monde. Aujourd’hui, le pays peut se vanter d’une croissance forte et de taux d’inflation à un seul chiffre. En 2008, le taux annuel de croissance du PIB réel du Zimbabwe se situait au niveau catastrophique de -17,6 pourcent alors que le taux d’inflation annuel était de 89,7 sextillion de pour cent (soit à peu près 9 suivi par… 22 zéros).

L’Euro : une histoire de compromis

Pour bâtir une maison, un architecte se doit de respecter des principes : il ne peut faire de compromis avec les lois de la physique. A bien des égards la construction de l’Euro a été une suite de compromis, qui ne pouvait inévitablement que mener à l’écroulement de la maison Eurozone.