Monnaie

Le legs des Frères musulmans : contrôles, pénuries et inflation

Les Frères musulmans et le président Morsi n’ont jamais eu de plan crédible pour l’économie égyptienne. Et l’on peut douter du fait que les dirigeants de la Fraternité connaissent finalement la signification du mot « plan ». Au cours de la dernière année, la conjoncture économique en Égypte est allée de mal en pis.

Mais où est donc l'inflation ? Bientôt près de chez vous

En Décembre 2008, la Réserve fédérale américaine a fait chuter son taux directeur à près de zéro. En Mars 2009 elle annonçait un ambitieux programme d'achat de titres adossés à des créances hypothécaires. Ces actions ont été suivies par des cycles successifs de mesures d'assouplissement monétaire sans précédent. Les économistes prédisaient une flambée de l'inflation. Ont-ils eu tort ?

L’inflation n’est-elle que monétaire ? Le cas de la RDC

La  Politique monétaire de la République Démocratique du Congo a fait de la stabilité des prix son cheval de bataille, s’inspirant ainsi du courant monétariste qui stipule que l’accroissement de l’offre de monnaie n’a pour effet à long terme que « l’inflation ». Dans cette perspective, l’inflation n’est qu’un phénomène monétaire de par son origine, ses manifestations et sa propagation.

Maroc : la sous-liquidité du secteur bancaire seule responsable du problème de financement de l’économie ?

D’après la dernière note de conjoncture publiée par la Banque Centrale marocaine (Bank-Al-Maghrib, BAM), le déficit de liquidités des banques ressort à 76 MM DH. Un chiffre qui fait écho aux difficultés de financement rencontrées par les  ménages et les entreprises. Cette aggravation intervient un mois après  la décision du directeur de Bank Al-Maghrib de maintenir le taux directeur à 3%, de baisser le taux des réserves obligatoires à 4%, et de continuer ses avances à 7 jours pour booster la liquidité du système bancaire et partant relancer la machine de crédit.  Le problème de financement de l’économie est-il lié uniquement à la sous-liquidité des banques ?

Zimbabwe : Il y a quatre ans, la deuxième plus grande hyperinflation du monde

À la mi-Novembre 2008, le Zimbabwe connaissait la deuxième plus forte hyperinflation dans le monde. Aujourd’hui, le pays peut se vanter d’une croissance forte et de taux d’inflation à un seul chiffre. En 2008, le taux annuel de croissance du PIB réel du Zimbabwe se situait au niveau catastrophique de -17,6 pourcent alors que le taux d’inflation annuel était de 89,7 sextillion de pour cent (soit à peu près 9 suivi par… 22 zéros).