Monnaie

Zimbabwe : la spirale monétaire mortelle

inflation au Zimbawe spirale mortelle

Suite à l’élection de Mnangagwa, truquée ou non, les Zimbabwéens se rendent compte que Mnangagwa est simplement Mugabe dans un nouveau costume et avec une nouvelle rhétorique. La réalité en est une économie contrôlée parce qu’il s’agit essentiellement d’un syndicat du crime organisé: le Parti de l’Union africaine nationale-patriotique du Zimbabwe (ZANU-PF), le même syndicat qui a fait sombrer l’économie du Zimbabwe pendant plus de 35 ans.

Afrique : les crypto-monnaies socle du développement

crypto-monnaies en Afrique pour contourner les entraves du système bancaire

L’Afrique est le continent le mieux doté en ressources naturelles dans le monde. Mais alors que plusieurs pays africains luttent contre l'instabilité financière et les récessions économiques évitables, la crypto-monnaie a tout le potentiel pour la faire prospérer. Contrairement à la situation antérieure, l’Afrique peut désormais trouver une solution viable à ses nombreux problèmes.

Stop à la manipulation de la monnaie !

L'invention de la monnaie a permis aux individus de remplacer leur système de troc par celui de l’échange monétaire. Au lieu d'échanger un bien ou un service contre un autre, la création de la monnaie a permis aux gens d'acheter ce qu'ils voulaient même à crédit. La monnaie est essentiellement un échange de reconnaissances de dettes (I-owe-you token,IOU).

Système de change fixe au Maroc : la caisse de compensation cachée !

La dernière décision du gouvernement Othmani, d’annuler à la dernière minute le lancement du processus de flexibilisation du dirham ne vous a certainement pas échappé. Si le report est acté, faut-il pour autant renoncer à la réforme du système actuel du change fixe ? A mon humble avis, la réponse est non ! Mais avant de justifier ma posture, permettez-moi de préciser rapidement le fonctionnement du système actuel.

Franc CFA : Et si la réforme passait par les monnaies complémentaires

Si ces derniers jours, les officiels français et les autorités de la BCEAC et de la BCEAO se sont prononcés en faveur du statu quo, c’est-à-dire du maintien du FCFA. Cela n’exempte pas pour autant nos dirigeants de la nécessité de réfléchir à la réforme du système monétaire. Mais, au regard de l’absence de courage politique et de préalables institutionnels et techniques, est-il possible de trouver une stratégie de réforme qui pourrait réconcilier les points de vue des adeptes du statu quo sur le FCFA et ceux des défenseurs de son abandon, avec à terme l’objectif pour les pays concernés de retrouver leur pleine souveraineté monétaire?