Santé

Afrique : Stop aux essais cliniques clandestins !

Les essais cliniques représentent jusqu’à 40% des coûts de production d’un médicament et les laboratoires cherchent à les réduire en les délocalisant vers des pays à bas coûts. L’Afrique est devenue un terreau fertile pour des essais clandestins. Selon le dernier rapport de Public Eye paru à Genève fin 2016, cette pratique de délocalisation massive est inquiétante à plus d’un titre : Il s’agit de la délocalisation des risques et non de tout ou partie des entreprises. Le consentement informé des cobayes est-il recueilli ? La valorisation locale des résultats obtenus est-elle assurée? Les protocoles suivis sont-ils scientifiquement valides? Les comités d’éthique en Afrique ne sont-ils pas corrompus?

Paludisme : la liberté économique sauve des vies

« Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite » écrivait le philosophe français du 18ème siècle Joseph de Maistre. Les Vénézuéliens, qui ont voté pour une politique socialiste lors des élections successives, « obtiennent maintenant ce qu'ils méritent, et plus encore ».

Afrique du Sud : Libérer les prix pour libérer les patients

En 2014, le ministre de la santé, Aaron Motsoaledi, accusait les compagnies pharmaceutiques d'être « sataniques » et « génocidaires ». Lors de son récent speech à l’occasion du vote du budget de son ministère, il continue en soutenant que « les prix sont tels que les médicaments anticancéreux sont devenus diaboliquement inabordables. Si aucune mesure drastique n’est prise aujourd'hui, nous allons compter les sacs mortuaires comme en temps de guerre. ».

Nationalisation du secteur de santé en Afrique du Sud : une fausse bonne idée

Les propositions contenues dans le Livre blanc sur l'assurance de santé nationale (National Health Insurance, NHI), si elles sont adoptées, se révéleront un désastre absolu, non seulement pour les soins de santé en Afrique du Sud, mais aussi pour l'économie en général.

Maroc - Carte RAMED : couverture médicale gratuite ou chèque en bois ?

9,2 millions de Marocains profitent du RAMED (régime d’assistance médicale gratuite pour les indigents), tel est le chiffre brandit avec fierté par M. Benkirane, chef du gouvernement, le 2 février dernier, pour s’enivrer du succès de son gouvernement qui présente le social comme étant sa marque de fabrique. Devrions-nous pour autant nous joindre au chef du gouvernement pour fêter cet exploit?