Diplomatie

Guinée : de la guerre des bérets à celle des grandes puissances

Emmanuel Martin – Le 23 décembre 2009. Après les massacres du 28 septembre à Conakry la commission d’enquête indépendante de l’ONU a qualifié dans son rapport de « crimes contre l’humanité » plusieurs faits des membres de la junte au pouvoir en Guinée

Barack Obama et l’état d’esprit africain

Kofi Akosah-Sarpong – Le 31 juillet 2009. Comme l’ont rappelé plusieurs éditorialistes et commentateurs africains, le fond du discours politique du président des États-Unis Barack Obama à Accra le 12 juillet n'avait pas grand’ chose de nouveau. La nouveauté venait de la vision du monde d’Obama, sa franchise directe, l'ambiance, sa détermination, sa psychologie et ses tentatives d'instiller un nouvel état d'esprit pour le développement de l'Afrique.

Corée du Nord : Abattre les cartes

Ted Galen Carpenter - Le 30 juillet 2009. Depuis le début de la crise du programme nucléaire nord-coréen en 2002, l'hypothèse dominante parmi les élites politiques aux États-Unis et en Asie de l'Est était que Pyongyang ne cherchait qu’à améliorer sa position dans les négociations. Il était soutenu qu’éventuellement le régime de Kim Jong-Il serait d'accord pour renoncer à ses ambitions nucléaires en échange de concessions de la part des autres membres des pourparlers à six, en particulier les États-Unis.

Impasse nord-coréenne : qui bluffe ?

Ted Carpenter – Le 29 mai 2009. L’essai nucléaire de la Corée du Nord lundi dernier a immédiatement entrainé une tempête de dénonciations de la part de nombreux pays, et notamment des Etats-Unis. Le Président Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis chercheraient à faire voter de nouvelles sanctions par le Conseil de Sécurité de l’ONU et a averti Pyongyang que la poursuite de son programme d’armement nucléaire ne ferait « qu’aggraver son isolement ». De nombreux signes indiquent que le régime de Kim Jong-il considère ces avertissements comme étant sans grandes conséquences.

La route vers Jérusalem passe-t-elle par Téhéran ?

Leon Hadar - Le 22 mai 2009. Alors que le premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou était à Washington pour rencontrer le Président Obama, les dirigeants politiques américains ont été pressés de mettre le conflit israélo-palestinien de côté et de dépenser leur temps et leur énergie à plancher sur la menace supposée pour les Arabes et les Juifs au Moyen-Orient : l’Iran. Selon cette vision, s’attaquer à cette menace permettrait de garantir la paix en Terre Sainte.