Développement

Pour la transformation économique de l’Afrique

Autrefois les difficultés économiques de l'Afrique semblaient insurmontables. Plus maintenant. Les économies de l’Afrique subsaharienne, longtemps considérées comme caractéristiques de la croissance atone, ont récemment bondi, affichant l'un des taux de croissance parmi les plus impressionnants au monde. Au cours des quinze dernières années, elles ont connu une croissance de 5% par an et les projections futures sont encore plus prometteuses. Le défi est : comment continuer à croître tout en répartissant les bénéfices de cette croissance ?

L’Afrique est plus riche qu’on le croit

L'Afrique souffre d’une carence aigue de données statistiques. Le Nigeria a presque doublé la taille de son économie du jour au lendemain - à la hauteur de 89 % - dépassant l'Afrique du Sud pour devenir la plus grande économie de l’Afrique et la 26ème plus grande au monde. Celle qui a été considérée comme une économie de 270 milliards de dollars le 12 avril dernier est devenue une économie pesant 510 milliards de dollars le lendemain, ajoutant 240 milliards de dollars à son PIB. Pour mettre le changement en perspective, c’est comme si l’on avait ajouté les économies d’Israël ou du Portugal à celle du Nigeria. Cela semble un peu miraculeux et soulève des questions plus profondes.

La critique du pouvoir est-elle possible en Afrique?

En Afrique, c’est bien connu, les hommes politiques ne supportent pas la critique. Mais ne sont-ils pas à l’image des sociétés africaines elles-mêmes dans lesquelles les us et coutumes, les croyances, les traditions, le système social, etc. font l’objet de la part du corps social d’un respect absolu et d’une obéissance aveugle ? De générations en générations, les valeurs et pratiques traditionnelles sont reproduites à l’identique. On ne va pas du Même à l’Autre, mais du Même au Même. Dans ce système, il est donc clair que les idées, les techniques, les pratiques, les valeurs, etc. n’évoluent pas, ne progressent pas.

Afrique : de continent « désespéré », « émergent », à « prometteur »

A propos de l'économie africaine, il y a beaucoup de points de vue différents. Il y en a au moins quatre. Le premier parle de l’ « Afrique émergente », peu importe ce que cela peut signifier. Le second point de vue reconnaît que l'Afrique enregistre une croissance de plus en plus rapide, mais il s’agit d’un faux décollage.  Le troisième point de vue dit que l'Afrique est en croissance, mais de quelle Afrique parle-t-on ? En dépit de la croissance, il y a peu d’emplois créés, et peu d’opportunités. Bref, nous sommes loin de la transformation. Le quatrième et dernier point de vue est que l'Afrique n'est pas un seul pays : ce sont 54 économies avec des dotations différentes les unes des autres.

Les organisations d’agriculteurs : une clé dans la lutte contre la corruption

L'Agence pour la transformation (AFT) avec l'appui du programme de l’USAID pour la gouvernance, la reddition des comptes, la participation et la performance (GAPP), mène des activités visant à renforcer le rôle de surveillance des agriculteurs et du secteur privé pour améliorer l'intégrité budgétaire et réduire le coût des affaires dans les districts de Mityana et Mubende en Ouganda. Étant un jeune associé à l'AFT, je suis confronté directement à ce qui se passe sur le terrain et à ce que les agriculteurs disent au sujet de leurs préoccupations dans le secteur de l’agriculture.