Développement

Sommet Américafrique : quelle démocratie pour les Africains ?

Du  04 au 06 août prochain, le président Barack Obama reçoit à Washington la plupart de ses homologues africains. À l’instar de la Françafrique et de la Chinafrique, on pourrait parler ici d’une Américafrique. En dehors des enjeux économiques, la presse internationale évoque aussi des enjeux sécuritaires et politiques, notamment la question de la gouvernance démocratique. Si la position officielle de l’Administration américaine, refusant la manipulation des constitutions pour s’éterniser au pouvoir, est louable, il est légitime de s’interroger sur sa sincérité au regard de la convoitise dont fait l’objet l’Afrique ces dernières années.

La santé des femmes contribue à la prospérité

Dans son discours lors de la célébration de la journée internationale des femmes en 2013, Barack Obama a déclaré que : « l'autonomisation des femmes n'est pas seulement la bonne chose, mais la chose la plus intelligente à faire” Lorsque les femmes réussissent, les nations sont plus sécurisées et plus prospères

Afrique : présent versus futur

La Banque africaine de développement (BAD) a organisé ses réunions annuelles à Kigali, au Rwanda, du 19

Pour que la « renaissance de l’Afrique » devienne réalité

Un bel avenir pour l'humanité dépend en grande partie de celui de l'Afrique, lequel dépend en grande partie de la capacité de ce continent à offrir des emplois et des perspectives à sa population de jeunes en pleine croissance. L'avenir des emplois dans cette région dépendra fortement d'un secteur privé sain, prospère et inclusif.

Construire la résilience pour la sécurité alimentaire

Le concept de résilience n'est pas simple. Il s'agit de la capacité à rebondir après un certain nombre de chocs : les inondations, la sécheresse, les conflits, l'instabilité des prix des denrées alimentaires, l'effondrement des institutions locales, et des pertes d'emplois. Les agriculteurs des pays développés peuvent investir dans leurs entreprises, car en cas de catastrophe, ils ont une base d'actifs, une assurance, des services financiers et des filets de sécurité sociaux. Mais les petits agriculteurs des pays en développement ne le font pas souvent.