Développement

Nigéria : le salut passe par l’investissement privé

La plupart des Etats de la fédération du Nigéria se battent actuellement pour leur survie financière. Le gouvernement fédéral, qui les a sauvés plusieurs fois via des transferts d’allocations, doit batailler contre des défis encore plus importants: indisponibilité des réserves de change, instabilité de la monnaie nationale, faiblesse des prix du pétrole, attaques sur ses oléoducs.

Maroc : la productivité secret de la compétitivité

Le 2 juin dernier, la patronne des patrons, Mme Miriem Bensalah-Chaqroun a déclaré : « qu’aucun pays à travers l'histoire de l'industrie n'a bâti une économie pérenne sur des bas salaires ». D’aucuns lui répliqueront: oui, mais que faîtes-vous de la Chine, de la Corée du Sud, et de tous les autres tigres et dragons asiatiques, qui ont profité de leur main d’œuvre qualifiée et bon marché pour en faire un avantage comparatif dans la course à la compétitivité ? Celle-ci peut porter soit sur le prix de vente (compétitivité-prix), soit sur d’autres avantages comme l’innovation et la qualité (compétitivité-hors-prix).

CEMAC et UEMOA : pourquoi des trajectoires de croissance divergentes ?

Face à une insolente croissance de 6,5% en zone UEMOA, la CEMAC n’a enregistré qu’une modeste croissance de 2,8 % en 2015, après 4,8% en 2014. Les projections pour 2016 sont aussi moroses à 2%, soit un différentiel de 5 points avec l’UEMOA. Comment expliquer ce différentiel de croissance entre la CEMAC et l’UEMOA qui, pourtant, font partie de la même zone CFA ? 

Afrique du Sud : Peut-on « fabriquer » des industriels ?

Le plan du gouvernement de « créer » 100 industriels noirs au moyen d'opportunités de financement et d’assistance préférentielles est un fantasme. Comme les entrepreneurs, les industriels ne se créent pas, ils se construisent eux-mêmes. Ils cherchent des opportunités de profit inexplorées ; ils créent une solution viable, ou tout au moins, un modèle d'affaires pertinent ; ils lèvent du capital, soit par des prêts bancaires, soit par des partenariats financiers, sinon les deux ; ils emploient du personnel et ils commencent à exploiter leur entreprise. Aucune phase de ce processus ne peut raisonnablement être « créée » par un bienfaiteur.

Du miracle rwandais au paradoxe congolais

Publié chez L’Harmattan par l’universitaire K.Katshingu, cet ouvrage est une mine intarissable d’informations sur la situation socioéconomique de la République Démocratique du Congo et du Rwanda. Il y dévoile le paradoxe entre le miracle rwandais et la tragédie du  grand Congo et projette leur émergence d’ici 2030 pour la RD Congo et 2020 pour le Rwanda.