Noël Kodia

« Eurafrique ou Librafrique » de Mamadou Koulibaly

Une revue de livre par Noël Kodia, le 9 avril 2009 - Voici un livre qui demande aux Africains d’assumer leur destin devant une certaine insolence de l’Occident lorsqu'il se comporte comme pendant la colonisation. Un livre publié chez l’Harmattan en février 2009 qui se fonde sur les relations on ne peut plus boiteuses entre l’Europe et l’Afrique, où la Françafrique est encore présente. L’auteur le spécifie par l’exemple de son pays la Côte d’Ivoire (dont il est le président de l'Assemblée Nationale) avec sa rébellion de 2002, et qui peine à organiser la prochaine élection présidentielle.

Démocratie africaine : la problématique de la « nation »

Noël Kodia et Emmanuel Martin, le 10 mars 2009 - Alors que le président de la Guinée-Bissau a été tué et que le premier ministre zimbabwéen a été victime d’un accident suspect, force est de constater que la démocratie en Afrique a toujours le plus grand mal à fonctionner. Le pouvoir agit comme un aimant qui empêche le plus souvent l’alternance. Comment expliquer cet échec de la démocratie africaine ?

12ème sommet de l’Union africaine : Enième désillusion ?

Noël Kodia le 10 février 2009 - Quand en 2001, l’Unité africaine se transforme en Union africaine, et que la chute du Mur de Berlin depuis une décennie impose la démocratie pluraliste sur le continent, un vent d’espoir y souffle. Les Africains croient que l’heure de la véritable démocratie est arrivée. Conférences nationales, acceptation des partis d’opposition, tout est mis en œuvre pour une alternance au pouvoir, facilitant ainsi le travail de l’UA. Mais bientôt huit ans, celle-ci a du mal à assumer son unité.

Les raisons de l'absence d'alternance démocratique en Afrique

Noël Kodia et Emmanuel Martin, le 5 septembre 2008 - Le manque d’alternance pacifique est un des symptômes qui nourrit la déception à l’égard de l’importation de la démocratie à l’occidentale dans les pays africains. En dehors de quelques rares cas comme le Sénégal, où Senghor cède le pouvoir à son Premier ministre Abdou Diouf en 1981, ou une année après, lorsque Ahidjo donne les rênes du pays à Paul Biya, l’alternance reste généralement lettre morte ou bien se fait dans le sang. Les évènements récents au Kenya, au Zimbabwe, ou en Mauritanie nous rappellent cette triste réalité.

Mauritanie : Encore un défi pour l'Union Africaine ?

Noël Kodia le 8 août 2008 - Ce qui vient se passer en Mauritanie où les militaires se sont emparés du pouvoir en prenant en otage le président élu démocratiquement il y a une année, son Premier ministre et son ministre de l’Intérieur, nous pousse à réfléchir sur les difficultés qui s’imposent à la jeune démocratie africaine à s’installer sur le continent. En destituant le président Sidi Ould Cheikh Abdallahi, le général Mohamed Ould Abdel Aziz est allé contre la légalité constitutionnelle quelles que soient les raisons évoquées. Il vient de donner un coup de frein à la jeune démocratie mauritanienne consécutive aux premières élections pluripartistes.