James Shikwati

Les pauvres en Afrique : malédiction ou opportunité?

« Accessibilité » et « Abordabilité » sont des concepts qui sont en train d’élargir les horizons des marchés. Les systèmes qui améliorent l'accès aux services financiers et de communication ont transformé la façon dont les populations à faible revenu sont perçues en Afrique. Les industries de détail, de boissons, de la téléphonie mobile et de services bancaires au Kenya engrangent des milliards de shillings de bénéfices en prêtant attention au « milliard d'en bas ».

Libérer le potentiel entrepreneurial africain

En Afrique, nos paysans travaillent dur. Ils se lèvent très tôt, traient leurs vaches, vont au champ la binette à la main, vont à pied faire paître leur bétail. Les plus chanceux récoltent cinq sacs de maïschanceux parce qu’ils n’appliquent en réalité que très peu d’ingéniosité à déterminer la récolte. Nous connaissons nos travailleurs urbains

Kenya : la Constitution harmonisée doit mettre l'accent sur la productivité

James Shikwati – Le 26 novembre 2009. La commission d'experts a fait un excellent travail pour offrir aux Kenyans un document pour examen. Les Kenyans doivent veiller à ne pas trop miser sur la disparition de la mentalité de largesse du gouvernement, mais plutôt sur la façon de promouvoir la valeur de l’individu citoyen dans le pays. Il nous faut une constitution qui rend le citoyen kenyan souverain, car nous n'avons pas de rois et de reines à adouber.

Débat : faut-il ouvrir les terres africaines aux investisseurs agricoles étrangers ?

James Shikwati Vs. Franklin Cudjoe - Le 27 Mars 2009 - Nous vous proposons aujourd’hui un débat autour de la question de savoir si les terres africaines doivent être ouvertes à des baux pour être cultivées par des investisseurs étrangers. L’argument est que cela pourrait faire reculer la faim en Afrique. Deux économistes africains, James Shikwati, directeur de l’Inter Region Network au Kenya, qui publie AfricanExecutive.com et Franklin Cudjoe, directeur du think tank IMANI au Ghana et rédacteur d’AfricanLiberty.org, débattent sur le sujet.

L'Afrique a besoin d'entrepreneurs

James Shikwati, le 22 juillet 2008 - En Afrique, nos paysans travaillent dur. Ils se lèvent très tôt, traient leurs vaches, vont au champ la binette à la main, vont à pied faire paître leur bétail. Les plus chanceux récoltent cinq sacs de maïs – chanceux parce qu’ils n’appliquent en réalité que très peu d’ingéniosité à déterminer la récolte. Nous connaissons nos travailleurs urbains : eux aussi se lèvent tôt, vont travailler à pied sur des chantiers ou des ateliers informels, pour revenir le soir après avoir gagné 1 $ dans la journée.