Maroc : Peut-on vraiment parler de « séisme politique » ?