France : police de la pensée avant les élections ?