Tunisie : faut-il s'étonner du silence français ?