Derniers billets

Afrique du Sud : pourquoi copier les perdants ?

Nationalisation de la propriété, entreprises publiques inefficaces, augmentation de l'âge légal pour la consommation d'alcool de 18 à 21 ans et hausse des taxes dans une économie à faible croissance. Toutes ces idées ont été essayées ailleurs, et elles ont échoué systématiquement, à quelques exceptions près. A l’inverse, une forte protection des droits de propriété, un secteur privé actif et entrepreneurial, un respect de la liberté personnelle, et des impôts bas, sont des politiques qui ont toujours eu des impacts positifs.

La prospérité de l’Afrique passe par l’Afrique

Lorsque les pays africains sont évoqués dans la politique occidentale, c’est toujours à propos de l'aide et du commerce. En septembre 2016, Barack Obama a organisé à New York un forum destiné à promouvoir le commerce entre l'Amérique et l'Afrique. « Du Sénégal à l'Afrique du Sud, les Africains insistent sur le fait qu'ils ne veulent pas seulement de l'aide, ils veulent du commerce », a déclaré l’ancien président.

Maroc : La tourmente des mères célibataires !

Bien que la situation des mères célibataires marocaines soit taboue, elle n’en demeure pas moins réelle. D’après l’association «100% maman», 50.000 naissances hors mariage sont enregistrées annuellement. Être mère célibataire au Maroc serait la pire des malédictions, mais ce serait aussi et surtout une preuve de grande bravoure, car en acceptant de garder son enfant (plutôt que de se faire avorter clandestinement, ou de l’abandonner dans une poubelle), la maman s’expose à la marginalisation dans une société qui reste d’une implacable cruauté envers les mères célibataires. Pourquoi cette aberration se perpétue-t-elle ? Et quelle issue pour s’en sortir ?

Afrique : abus dangereux d’amnisties des dirigeants !

Evincé du pouvoir pour des soupçons de corruption, Jacob Zuma va comparaître pour répondre des accusations portées à son encontre. Cette situation qui rappelle que nul ne devrait être au-dessus de la loi, n’est pas sans contraster avec celle des récents départs négociés et suivis d’amnisties pour bon nombre de chefs d’Etats en Afrique. Cela au motif de préserver la paix. Ces situations d’impunité qui sont des amnisties informelles  de fait, car non votées par le Parlement, ont permis de désamorcer certaines situations inextricables, mais sont-elles pour autant recommandables? Non et ce pour plusieurs raisons!

Pourquoi les parlements africains sont-ils inefficaces ?

Surfacturation de l’entretien de 200 véhicules des parlementaires sénégalais ; détournement  d’environ 1,965 milliards d’Ariary à Madagascar ; sénat budgétivore et inutile au Sénégal, etc. Ces dysfonctionnements mettent à mal les parlements africains, tribunes d’expression des peuples. Mais face aux différentes crises que traversent l’Afrique et face à ces dysfonctionnements préjudiciables aux citoyens, doit-on pointer du doigt les seuls parlements?