Derniers billets

Oxfam : au service des pauvres?

Oxfam, une riche organisation caritative basée à Londres, peut être qualifiée de grande hypocrite, d’autant que, sous des allures de bon samaritain, elle prône des politiques nuisibles pour les pauvres. Chaque année, juste avant le forum de Davos, Oxfam publie un rapport sur «l'inégalité» dans le monde. C'est un non-sens. Oxfam sensée lutter contre la faim, attaque le capitalisme, qui justement permet avec succès de réduire la pauvreté ; et soutient le socialisme, qui engendre la famine. Un porte-parole d'Oxfam en Afrique du Sud est allé même jusqu’à déclarer que le capitalisme était un « crime contre l'humanité ».

Soudan : les dessous de la crise du pain

Depuis le début du mois de janvier 2018, le gouvernement soudanais fait face à de vives contestations. Des centaines de personnes prennent d’assaut les rues de Darfour et d’autres grandes villes pour protester contre la hausse des prix des produits alimentaires, notamment le blé  dont la subvention a été supprimée dans le budget de 2018 et l’importation confiée au secteur privé.  Cette décision s’est répercutée sur le prix du pain aujourd’hui doublé et en hausse continuelle. Qui est responsable de cette crise du pain ?

Corruption en Afrique : la thérapie par l’exemple.

Lors du 30ème sommet de l’Union Africaine de janvier 2018 à Addis Abeba, les dirigeants africains se sont assignés de faire de la lutte contre la corruption, l’un des principaux défis. Cependant cet élan volontariste, soulève de nombreuses interrogations car, si la majorité des chefs d’Etat africains se disent contre la corruption, ils restent encore nombreux à en faire usage au quotidien. L’augmentation constante du nombre de dirigeants englués dans des scandales de corruption prouve que la corruption n'est plus seulement un dysfonctionnement de la gouvernance, mais est devenue un mode de gouvernance. Comment  en sortir?

Cameroun : La protection de la famille et de l’enfance en danger

La protection de l’enfance est un droit constitutionnel au Cameroun. Mais au fil des années, on constate une sorte d’inertie et les enfants vulnérables sombrent de plus en plus dans la précarité ou sont abandonnés. Selon l’Annuaire Statistique du Ministère en charge des affaires sociales (MINAS, 2012), le nombre d’enfants abandonnés et encadrés auprès des structures sociales sur l’ensemble du territoire national est en constante augmentation. Ainsi, il est passé de 29 en 2008 à 1326 en 2010. Sur le plan de l’éducation, le taux de non-scolarisation des enfants en âge scolaire (6-14 ans) était de 24,9% alors que la scolarisation est obligatoire à cet âge depuis 1998. Comment expliquer une telle inertie ?

Afrique : l’immense espoir du marché unique du transport aérien

Voyager en avion d'un pays africain à un autre, comme en témoigneront ceux qui ont l’habitude de se déplacer dans les airs, est souvent laborieux, coûteux et fastidieux en raison de mauvaises liaisons aériennes découlant de politiques protectionnistes mal avisées.