Derniers billets

Burkina : Que dire du projet de nouvelle constitution ?

Après une transition mouvementée et une élection, le pays des hommes intègres est appelé à se doter d’une nouvelle constitution qui devra raffermir ses institutions. Le président Kaboré soulignait d’ailleurs qu’il « faut des institutions fortes, qui survivent à leurs géniteurs ». L’architecture institutionnelle prévue par l’avant-projet de constitution contribue-t-elle à consolider la démocratie ?

Comment faciliter l’accès aux médicaments en Afrique du Sud ?

De nombreux problèmes gangrènent le secteur de la santé en Afrique du Sud. L'un des plus frustrants est l'incapacité du régulateur du marché des médicaments, le « Medicines Control Council » (MCC) à homologuer les médicaments en temps opportun. Cette inertie bureaucratique prive des milliers de patients sud-africains d’un accès facile aux médicaments. Pour les patients atteints du cancer et du VIH, ces retards pourraient même être mortels.

Bénin : Comment lutter contre le travail des enfants ?

Le 20 janvier 2017, l’Unicef lançait au Bénin un film sur l'exploitation économique des enfants. Ce fut l’occasion pour le représentant du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) au Bénin, Claudes Kamenga  et la Ministre du Travail, de la Fonction Publique et des Affaires Sociale  du Bénin de réitérer l’urgence d’agir pour éradiquer ce phénomène. Renforcer la loi, est-ce une solution pertinente ?

Algérie : Le danger de l’interdiction des importations

Le 23 janvier 2017, le gouvernement algérien a interdit l’importation des agrumes et des légumes frais pendant leur saison. Les banques ont été exhortées à suspendre immédiatement les domiciliations bancaires des opérations d’importation de ces produits agricoles quelle qu’en soit l’origine. Leur souhait étant de réduire la facture d’importation et de préserver la production locale. Vont-ils y arriver? Pas sûr !

Quand le salaire minimum détruit l’emploi

Curieusement, la justification originelle de l'introduction des lois sur le salaire minimum en Afrique du Sud était de protéger la main-d'œuvre blanche contre la concurrence des « noirs ». A ce propos, le professeur Walter Williams, économiste américain, cite Henry Allan Fagan, juge de la Division d'Appel en Afrique du Sud, qui a déclaré en 1960 que : « Dans l'intérêt de la préservation et de la protection des intérêts acquis du mode de vie de la « meilleure partie » de la population, un taux de salaire pour le travail [qui signifie un salaire minimum imposé par la loi] et une réservation [de l'emploi] étaient nécessaire pour protéger les Blancs, les métisses et les asiatiques des Bantous».