Derniers billets

Refusons la misère en refusant le refus de la création de richesse

Le 17 octobre célèbre la journée mondiale du refus de la misère. Se battre pour cette noble cause ne doit cependant pas se résumer à demander, par exemple, davantage d’aide internationale vers les pays dits « pauvres ». Car la misère, notamment en Afrique, est d’abord le résultat de politiques publiques malavisées empêchant la création de richesses pour l’immense majorité de la population.

Alimentation : pas de vraie agriculture sans droits de propriété

Les crises alimentaires font partie de la longue liste des maux de l’Afrique, entre guerres, maladies et pauvreté extrême. Les pénuries alimentaires actuelles au niveau mondial devraient donner l’opportunité aux décideurs du tiers monde de revoir les modèles de propriété foncière actuellement en vigueur. Cette révision contribuera sans doute enfin à une réelle stratégie économique.

Concessions : L'Afrique a-t-elle besoin de la Banque Mondiale ?

La Banque mondiale a créé un nouveau fonds, qui, selon elle, aidera les pays africains comme le Nigeria, le Cameroun et la Guinée équatoriale grâce à des conseils juridiques sur la façon de négocier de meilleurs contrats avec des investisseurs privés dans le secteur pétrolier et gazier. Ce fonds de la Banque mondiale a été créé lors de la réunion du 4ème anniversaire de l’Union monétaire de la Zone franc

Comment la Chine est devenue capitaliste

Un nouveau livre de Ronald Coase, 101 ans, est un événement en soi. M. Coase, lauréat du prix Nobel d’économie 1991, a révolutionné la discipline en remettant en question la vision conventionnelle de la nature des entreprises et la façon dont ce qu’on appelle les biens publics peuvent être fournis. Une de ses principales contributions

L’Euro : une histoire de compromis

Pour bâtir une maison, un architecte se doit de respecter des principes : il ne peut faire de compromis avec les lois de la physique. A bien des égards la construction de l’Euro a été une suite de compromis, qui ne pouvait inévitablement que mener à l’écroulement de la maison Eurozone.