Pourquoi faut-il ratifier la zone de libre-échange continentale ?

Version imprimableVersion imprimable
libre echange, ZLEC, Afrique

Il semble probable que la zone de libre échange continentale africaine (ZLEC) sera opérationnelle dans les prochaines semaines. La condition : 22 pays africains doivent ratifier l’accord sur le commerce international avant de pouvoir l’adopter. Jusqu’à présent, 19 pays seulement l’ont fait. La semaine dernière, des experts de la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique se sont réunis pour discuter des stratégies de mise en œuvre de la ZLEC.

L’impact de la ZLEC sur l’économie africaine

La promulgation de la ZLEC est une nouvelle fantastique pour le continent. Sécuriser le libre-échange sur tout le continent a le potentiel de conduire à la révolution industrielle de l’Afrique et au développement de son économie comme jamais auparavant.

Le président rwandais, Paul Kagame, avait proposé l’Accord de libre-échange en mars 2018, et depuis lors, 52 des 55 membres de l'UA ont approuvé le projet de zone de libre-échange. Une fois mis en œuvre, l'accord stimulera le commerce intra-africain en supprimant immédiatement tous les droits de douane sur 90% des marchandises. Les dix pour cent restants des droits de douane sur les «produits sensibles» seront éliminés ultérieurement. Actuellement, seuls 18% des exportations des pays africains sont commercialisées sur le continent. En comparaison, le commerce intra-régional représente respectivement 69% et 59% du total des exportations en Europe et en Asie.

La Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique estime que, dans le cadre de la ZLEC, le commerce intra-africain pourrait augmenter de 52,3% d'ici 2022. Une fois que les derniers 10% des droits de douane auront été supprimés, le volume de ce commerce pourrait encore doubler. L'augmentation du commerce intra-africain est une très bonne nouvelle pour l'Afrique en raison de la nature des produits généralement échangés sur le continent. La Brookings Institution note que, lorsque les nations africaines commerceront les unes avec les autres, elles seront beaucoup plus susceptibles d’échanger des produits manufacturés de plus grande valeur, alors que les exportations quittant le continent sont généralement des matières premières.

Plusieurs économies africaines dépendent fortement de l'exportation de ces matières premières et pour les trois quarts des pays africains, les produits de base représentent au moins 70% de leurs exportations. Cela nuit à de nombreuses économies africaines, car les matières premières sont particulièrement exposées aux fluctuations fréquentes des prix. Par conséquent, le recours aux produits de base provoque souvent une volatilité économique et des environnements commerciaux instables. Mais avec la ZLEC, il y aura de bonnes nouvelles.

La croissance imminente de l'investissement et de la fabrication

L’augmentation du commerce de produits manufacturés à haute valeur ajoutée, par le biais de la ZLEC, va aider les pays africains à diversifier leurs exportations et à renforcer leur résistance aux fluctuations des prix. Par conséquent, une économie plus stable attirera les investisseurs et permettra la croissance d'un plus grand nombre de petites et moyennes entreprises, car les petites entreprises avec moins de liquidités sont les plus vulnérables dans une économie fluctuante. Le secteur manufacturier aidera davantage l’économie africaine à prospérer, car ce sont les régions du monde qui connaissent la plus forte croissance qui diversifient le plus leurs économies.

Selon la Brookings Institution, «depuis 1990, les économies d’Asie de l’Est ont été en mesure de diversifier leurs exportations à un rythme rapide», alors que «la plupart des pays africains dépendaient plutôt des rentes des industries extractives». Cela signifie qu’entre 1990 et 2017, le PIB de l’Asie de l’Est a augmenté de plus de 400%, tandis que celui de l’Afrique a augmenté de seulement 177%. C’est un chiffre impressionnant, mais il est loin du plein potentiel du continent.

Tous les pays riches ont emprunté le même chemin de développement. Ils sont tous passés par une période d'industrialisation au cours de laquelle la population qui travaillait principalement dans l'agriculture (comme le font la plupart des Africains aujourd'hui) s'est installée dans les villes pour un travail d'usine mieux rémunéré. Une fois que les personnes ont obtenu un revenu disponible de leurs emplois dans le secteur manufacturier, elles ont pu se permettre d’éduquer leurs enfants, qui par la suite obtiendraient un travail qualifié bien rémunéré.

Avec plus de ratifications de la ZLEC, l’avenir de l’Afrique sera prometteur

D'autres ratifications de la ZLEC sont les bienvenues. La deuxième économie du continent, l’Afrique du Sud, a récemment entamé le processus de ratification de cet accord. Cependant, certains pays importants, tels que le Zimbabwe et le Nigéria, restent réticents à la ratifier. Le fait de ne pas ratifier l’Accord de libre-échange de pays africains pourrait être particulièrement préjudiciable pour le Zimbabwe, où 60% des recettes d’exportation dépendent des produits minéraux.

En augmentant le commerce intracontinental de produits manufacturés, l’Accord relatif aux échanges commerciaux entre pays en développement pourrait s’avérer révolutionnaire. Partout où elle a été tentée, l’industrialisation a permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté, d’allonger leur espérance de vie, d’accroître leur taux d’alphabétisation et d’améliorer leurs conditions de vie. Pour ces raisons, nous devons espérer que le seuil de 22 membres de la ZLEC sera bientôt atteint.

Alexander C.R. Hammond,chercheur au Washington D.C. think tank – Article initialement publié en anglais par African Liberty – Traduction réalisée par Libre Afrique – Le 8 mars 2019.