Subventions

Ouganda : Stop à la manipulation des prix par le gouvernement !

L'Ouganda est en mauvaise posture et presque tout semble aller mal. L'approvisionnement en électricité du pays est catastrophique. Même des zones comme Kololo qui n'avaient jamais eu de pannes de courant sont désormais affectées. L'électricité y est coupée presque tous les deux jours. Le pays manque de sucre, les supermarchés ne sont autorisés à vendre qu’un seul kilo par personne par jour. Enfin, le dollar s’apprécie rapidement par rapport au shilling. Au moment où j'écris cet article, il a atteint 2850 Shellings (Shs).

Les subventions agricoles ont affamé le Kenya

Les caprices du ciel enflamment les prix des denrées alimentaires. Ceci, conjugué à l’approche de l’échéance électorale offre aux Kenyans l'opportunité d'avoir un important débat national qui a été ignoré pendant longtemps, à savoir le rôle de l’Etat dans l'économie.

Mali : Des subventions agricoles aux effets pervers

Le scandale de détournement d’engrais subventionné qui a éclaté début mai 2016 à Kita soulève des interrogations sur la pertinence et l’efficacité des subventions agricoles au Mali. Malheureusement le cas de Kita n’est pas isolé et d’autres détournements ou tentatives de détournement se sont déjà produits dans le pays, notamment à Sikasso en juillet 2014.

Pourquoi le Malawi est-il si pauvre?

Il y a quelques jours, la plupart des Malawiens ont été choqués de lire le dernier classement de la Banque mondiale présentant le Malawi comme étant l'un des pays les plus pauvres en Afrique. Personnellement, je n’étais pas surpris parce qu’un tel classement reflète assez bien la réalité du Malawi. Beaucoup de gens ont reçu ce classement comme une mauvaise nouvelle.

Nigeria : les subventions au pétrole volent les pauvres

Les subventions sont souvent présentées comme un moyen de redistribuer les richesses et d’augmenter le bien-être des populations pauvres. En effet, la plupart des pays, mettent en place des subventions largement affichées comme des politiques pro-pauvres. L'expérience récente confirme cependant l’inefficacité de nombreuses subventions. C'est notamment le cas de la subvention du pétrole. Il en émerge de nombreuses allégations, incluant un paiement inapproprié de 700 millions de Nairas (4.458 millions $) de subvention quotidienne pour le pétrole.

Le pétrole, techniquement appelé (DPK) est essentiellement utilisé pour les tâches ménagères comme la cuisine au fourneau. Il est couramment utilisé par des personnes à faible revenu et des habitants de zones  non-urbaines. Les subventions au pétrole sont conçues pour être un moyen de rendre la vie  plus  facile à cette population. Des faits émergeants des investigations en cours  et les allégations de corruption ont cependant montré que la subvention au pétrole, comme la plupart des autres, a été un échec et est criblée de corruption. Malgré les échecs avérés des différentes formes de subventions, les décideurs politiques, soit par manque de connaissances ou pour gagner en popularité, feignent d’ignorer ces échecs mettant inlassablement en place de nouveaux modèles de subvention.

Pour replacer le contexte, il faut préciser que le pétrole est un produit importé. Le taux de consommation quotidien est de 12 millions de litres et le prix au débarquement est de 152 Nairas par litre selon l’Agence de la Tarification des Produits Pétroliers et de Régulation. Le prix officiel est de 50 Nairas par litre, ce qui signifie que le gouvernement subventionne à hauteur de 102 Nairas chaque litre de pétrole.