Sécurité

Côte d’Ivoire : comment bâtir une armée républicaine ?

Depuis les années 1990, l’armée ivoirienne est au cœur de toutes les heures funestes que le pays a connues : le coup d’Etat militaire du 24 décembre 1999 renversant le Président Henri Konan BEDIE au profit du Général  Robert GUEÏ ; le refus de ce dernier de reconnaitre sa défaite face à Laurent Gbagbo à la présidentielle d’octobre 2000, suivi du charnier de Yopougon ; la rébellion armée du 19 septembre 2002 contre le Président Laurent Gbagbo qui a conduit à la partition du pays pendant cinq ans ; la répression de la marche du Rassemblement des  Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix  en mars 2004 ;

Casques bleus : protecteurs ou prédateurs ?

Depuis les années 1990, les allégations d’abus sexuels contre les casques bleus sont en hausse notamment au Cambodge, Bosnie-Herzégovine, Haïti, Liban, RDC, RCA et Libéria, avec toutefois une concentration aigüe en Afrique. En 2016, par exemple, la MINUSCA et la MONUSCO, respectivement missions de maintien de la paix déployées en RCA et RDC, représentaient plus de la moitié des cas recensés dans le rapport du secrétaire général (soit 38 des 69 allégations). L’ONU tentera tant bien que mal d’instaurer un climat de discipline rigoureuse, pourtant ce phénomène – loin de faiblir – gagnera en ampleur. Comment sortir de l’impasse ?

Des bases militaires au Niger : pour quoi faire ?

Le 10 octobre 2016, la Chancelière allemande Angela Merkel a rendu une visite officielle en République du Niger. Cette visite s’est effectuée en prélude à l’installation très imminente d’une base militaire allemande au nord du Niger qui sera la 3ème après celle des Etats Unis et de la France. Officiellement, ces bases militaires sont installées pour lutter contre le terrorisme de Boko Haram et des autres groupes terroristes au Sahel notamment au Mali et au Niger. Est-ce leur véritable motivation ?