Justice

Sénégal : Comment réussir l’indépendance de la justice ?

Le Sénégal a été secoué par l’affaire politico-judiciaire Karim Wade et continue de l’être par celle du député maire de Dakar, Khalifa Sall. Dans ces affaires, certains observateurs de la scène politique pointent du doigt une justice aux ordres du politique. La faiblesse de la justice sénégalaise est confirmée puisque le pays perd trois places pour reculer à la 49ème place (sur 113 pays) dans l’indice de l’état de droit publié par le World Justice Project. Comment peut-on améliorer l’état de la justice au Sénégal en renforçant son indépendance?

Débat autour d’un éventuel retour de la peine de mort au Sénégal

Le débat sur le retour éventuel de la peine de mort au Sénégal continue de faire son chemin du fait de la recrudescence de la  violence et surtout des meurtres crapuleux. Ces homicides poussent beaucoup de citoyens sénégalais à prôner le retour de la peine capitale dans le code pénal. Pourtant, le président Wade, en 2004 avait fait voter une loi sur l’abolition de la peine de mort au Sénégal.

Tunisie : les lacunes du processus de justice transitionnelle

Le lancement officiel des auditions publiques des témoignages des victimes de la dictature, est aujourd’hui au centre du débat en Tunisie. Entre un discours idéalisateur d’un côté, et un regard sceptique voire méprisant de l’autre, quelle lecture objective peut-on faire de cet événement ?

Afrique et Cour Pénale Internationale : une défiance justifiée?

La crise qui couvait depuis de longs mois entre la Cour Pénale Internationale (CPI) et les Etats africains, a éclaté au grand jour après que les tensions entre les deux aient atteint leur sommet. En moins d’un mois, trois pays africains – Burundi, Afrique du Sud, et Gambieont officialisé leur retrait de la CPI, dénonçant un soi-disant «afro-centrisme» de cette dernière qui ne poursuit que des Africains. S'agit-il d'un véritable racisme institutionnel ou d’une simple raison juridique conjoncturelle?

L’expérience marocaine de justice transitionnelle: quel bilan?

Louangée par certains comme étant une expérience méritoire, car sans précédent dans l’histoire tourmentée du Maghreb et de l’Orient, l’Instance Equité et Réconciliation (IER) au Maroc n’en demeure pas moins critiquable. L’inauguration le 05 septembre 2016 d’un cimetière à la mémoire des victimes des émeutes de la faim de juin 1981, nous offre l’occasion de revenir sur son bilan: a-t-elle permis une véritable «transition»?