Justice

Politique et justice

Les enquêtes relatives à certaines victimes individuelles ou collectives de violences à caractère politique n’aboutissent presque jamais à la manifestation de la vérité, encore moins à des poursuites pénales. En Côte d’Ivoire, par exemple, l’affaire Kragbe Gnabge, l’assassinat de l’étudiant Thierry Zebie, le viol des étudiantes de la cité universitaire d’Abobo, le coup d’Etat de 1999, le charnier de Yopougon, la guerre de 2002, les assassinats de nombreux citoyens, peu avant, pendant et après cette période, la tuerie des femmes d’Abobo, la bousculade mortelle du stade Houphouët-Boigny, l’accident du bus de la Sotra en 2011, la tuerie des réfugiés du camp de Nahibly, etc. ne sont que quelques exemples de l’incapacité d’une nation à faire la lumière sur certaines grandes tragédies. Ces exemples qui illustrent notre propos existent partout en Afrique. Que dire alors de la justice ordinaire concernant le citoyen lambda ?

Vers une nouvelle révision du code de la famille congolais ?

En 1984, les hommes et femmes de droit congolais, après maintes réflexions, rédigeaient le code de la famille en tenant compte de certaines réalités de la tradition congolaise. Mais quelques années après, l’évolution de la société et l’émancipation de la femme ont mis en cause certaines composantes de la tradition qui figurent dans ce code. Il s’avère que quelques aspects de ce texte nécessitent d'être révisés

Le scandale des prisons africaines

Le scandale des prisons africaines

L’amélioration des conditions de détention dans les  prisons en Afrique est une question majeure. Les prisons en Afrique comme partout ailleurs, qui tirent leur utilité au-delà de leur rôle sanctionnateur, de leurs rôles de réhabilitation ou de resocialisation font face pour la plupart  à des problèmes croissants : surpopulation, conditions de vie insalubres, insécurité et violence…

Accès dérogatoire à la profession d’avocat : Petits décrets entre amis

En France, les élections présidentielles s’annoncent plutôt moroses pour la droite. Et les législatives aussi. Mais que vont donc devenir tous ces politiciens de carrière ? Travailler 35 heures par an dans un comité Théodule ?

Biens mal acquis : Pourquoi le mal perdure

Les scandales ayant entouré la mise en lumière des affaires des biens mal acquis ont laissé penser que les élites africaines incriminées allaient faire profil bas sur ces pratiques qui contribuent à appauvrir les Etats. Malheureusement il n’en est rien. Le mal est toujours aussi profond.