Infrastructures

Urgente nécessité de mise à niveau des ports africains

La congestion dans les ports africains constitue un sérieux problème. La Banque mondiale reconnaît que l'Afrique sub-saharienne présente un déficit d'infrastructure grave estimé à environ 48 milliards de dollars par an, ce qui fait obstacle à la compétitivité du continent et donc à la croissance économique. À l'exception de Durban, le délai d’attente d’une cargaison (le nombre de jours qu’une cargaison passe dans les ports) est en moyenne de 20 jours dans les ports africains, contre 3 à 4 jours dans la plupart des autres ports internationaux. Aucune des tentatives antérieures pour résoudre ce problème n’a abouti.

Le développement des infrastructures, crucial pour la croissance de l’Afrique

Le développement des infrastructures est essentiel pour la croissance économique et la réduction de la pauvreté. En Afrique, les infrastructures peuvent contribuer annuellement à 2% du produit intérieur brut, avec des effets particulièrement positifs en Afrique orientale et centrale. En outre, l'augmentation de l'accès aux infrastructures telles que les routes, l'électricité, les télécommunications, l'eau et l'assainissement, surtout dans les zones rurales, entraîne des bienfaits sociaux directs tels qu’une meilleure santé, une meilleure éducation et l'autonomisation des femmes, contribuant ainsi à la réalisation d’une croissance socialement équilibrée et inclusive.