Elections

Le comptage parallèle des votes (PVT): un remède aux crises postélectorales en Afrique ?

Les processus électoraux en Afrique sont presque devenus des rituels immuables jalonnés de violences et couronnés par des crises postélectorales. Cette tragicomédie sanglante se répète au fil des élections surtout présidentielles. La classe politique se déchire et  l’armée soutient le pouvoir sortant. Face à ces rituels sanglants,  l’observation citoyenne des scrutins par la méthodologie du PVT peut-elle être une solution ?

Présidentielles ivoiriennes : la subvention polémique

Après la longue crise militaro-politique qu’a connue la Côte d’Ivoire, le président Alassane Ouattara prend effectivement le pouvoir en mai 2011. Il est face à une division des couches sociales et politiques qu’il se doit de juguler. Le parti de l’ex-président Gbagbo avait alors brillé de par son absence lors des élections législatives et municipales qui avaient suivies, délaissant ainsi le jeu politique aux mains de la nouvelle coalition des partis d’Alassane Ouattara et d’Henri Konan Bédié dénommée le RHDP. Ce retrait n’est pas resté sans conséquence pour la démocratie qui devrait se présenter comme une confrontation d’idées.

Le conseil constitutionnel ivoirien : Cour indépendante ?

Des individus ensanglantés, des corps sans vie gisant sur le sol ivoirien, des magasins saccagés, des individus manifestants leurs mécontentements dans divers endroits du pays notamment à Abidjan, à Gagnoa… Tel est le bilan fait au lendemain de la décision N°CI-2015-EP-159 /09-09/CC/SG du 9 septembre 2015 portant publication de la liste des candidats à l’élection du Président de la République de Côte d’Ivoire du 25 octobre 2015. Rarement, dans la jeune histoire de cet Etat une décision de justice n’avait suscité autant de passion et d’intérêt.

Ouganda : Quand les cycles électoraux plombent l’économie

Plusieurs rapports économiques soulignent le risque imminent pour la stabilité macro-économique, lié à l'élection de 2016. Ceci est, en partie, contenu dans la déclaration de politique monétaire de juillet (MPS), lorsque la Banque Centrale d'Ouganda a augmenté son taux directeur, pour la troisième fois cette année, de 1,5% pour atteindre le taux de 14,5%, lequel est supérieure à l'augmentation antérieure de 1% en juin et celle de 1% datant d’avril. Notons qu’avant cela, le taux de la banque centrale avait été maintenu à 11% depuis juin 2014. Cela illustre les risques accrus liés aux élections à mesure que l'Ouganda se rapproche de l’échéance électorale.

Elections du 11 octobre 2015 au Burkina Faso : Six pièges politiques à éviter

Le nouveau code électoral burkinabè promulgué le 10 avril 2015 en vue des législatives et présidentielles du 11 octobre 2015, est ambigu sur le sort des proches de Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par révolution populaire le 31 novembre 2014. Il s’agit de certains militaires et magistrats, et de l’ex-majorité présidentielle accusés d’avoir « soutenu un changement inconstitutionnel portant atteinte au principe de l'alternance démocratique ». Une polémique importante est déclenchée autour de cette décision et il convient de savoir de quoi il est question et quels pièges politiques il faudrait éviter.