Sénégal

Séminaires Afrique & Liberté 2017

8ème édition du séminaire Afrique & Liberté : idées et action

La liberté: antidote à l'extrémisme violent

Sénégal : Macky Sall essaye de masquer son autoritarisme

Macky Sall essaye de masquer son autoritarisme

Réélu au mois de février 2019, le président sénégalais, Macky Sall, a entamé son deuxième mandat à la présidence en promettant un dialogue «constructif» avec l’opposition. Cela faisait suite à des élections tendues au cours desquelles Sall était accusé d'empêcher certains de ses principaux rivaux de se présenter. En principe, le dialogue politique est une composante du dialogue national annoncé par le président. Mais au Sénégal, il est souvent utilisé comme moyen de manipuler l’opinion publique et de donner un répit à un gouvernement critiqué pour ses tactiques autoritaires.

Sénégal : 
Prix Bastiat des ambassadeurs de la liberté

Libre Afrique Sénégal organise grâce au généreux soutien de la Fondation Atlas, la 1ère édition du « Prix Bastiat des ambassadeurs de la liberté ». Ce concours d’essais est ouvert aux étudiants, jeunes chercheurs, bloggeurs et acteurs de la société civile âgés de moins de 35 ans.

Sénégal : Comment réussir l’indépendance de la justice ?

Le Sénégal a été secoué par l’affaire politico-judiciaire Karim Wade et continue de l’être par celle du député maire de Dakar, Khalifa Sall. Dans ces affaires, certains observateurs de la scène politique pointent du doigt une justice aux ordres du politique. La faiblesse de la justice sénégalaise est confirmée puisque le pays perd trois places pour reculer à la 49ème place (sur 113 pays) dans l’indice de l’état de droit publié par le World Justice Project. Comment peut-on améliorer l’état de la justice au Sénégal en renforçant son indépendance?

Débat autour d’un éventuel retour de la peine de mort au Sénégal

Le débat sur le retour éventuel de la peine de mort au Sénégal continue de faire son chemin du fait de la recrudescence de la  violence et surtout des meurtres crapuleux. Ces homicides poussent beaucoup de citoyens sénégalais à prôner le retour de la peine capitale dans le code pénal. Pourtant, le président Wade, en 2004 avait fait voter une loi sur l’abolition de la peine de mort au Sénégal.