Louis-Marie KAKDEU

De l’idée du pouvoir dans les sociétés africaines

La propension des leaders africains à s’accrocher ou à s’éterniser au pouvoir n’est pas toujours d’origine exogène. A voir de près, on se rend compte que la relation avec le pouvoir est la même à tous les niveaux de commandement. Le comportement des acteurs est-il influencé par certaines réalités culturelles présentes dans la société traditionnelle ? Nous limitons cette réflexion à la société bantoue qui recouvre aujourd’hui une quinzaine de pays.

Cameroun : faut-il mettre en place le Conseil constitutionnel ?

Au Cameroun, les préparatifs pour la mise sur pied du «Conseil des sages » avancent sans tirer de leçons de l’expérience négative que d’autres pays, comme la Côte d’Ivoire, ont eue de cette institution au cours de la  crise postélectorale de 2010-2011. Une partie de l’opinion se demande si l’entêtement à mettre en place cet organe qui est supposé être, d’après la Constitution, « l’organe régulateur des institutions », n’est pas la preuve des intentions inavouées du camp présidentiel à détenir en dernier ressort les cartes de l’alternance politique.

Le déclin du football camerounais : une affaire d’Etat qui fait rigoler

Le Président du Cameroun avait déjà pris l’habitude depuis 1990 de surfer sur la victoire des Lions Indomptables pour assurer la paix et la stabilité de son pouvoir. Le football était devenu le dernier socle du patriotisme et de la cohésion nationale au Cameroun. Il captivait toutes les attentions du peuple et faisait oublier, le temps d’une compétition, les misères quotidiennes. L’humiliation du Cameroun au Brésil à l’occasion du mondial 2014 a conduit le Président de la République à ordonner l’ouverture d’une enquête qui fait rigoler ses compatriotes.

La démocratie au bout du canon : une approche crédible pour l’Afrique ?

Le zèle avec lequel l’ex-rebelle ivoirien, Guillaume Soro, a présenté le 11 juin 2014 la rébellion à l’Assemblée nationale du Cameroun, pourtant siège de la loi, ouvre le débat sur le sens de la libération de l’Afrique et de la démocratie. En rappel, le coup d’État militaire a permis depuis 1999 de créer plusieurs alternances à la tête de l’État ivoirien mais, le bilan démocratique reste mitigé. Aussi, depuis les années 1960, l’Afrique a connu une multitude de coups d’État militaires pourtant, aucun des pays concernés n’est compté parmi les 30 premières démocraties du monde. A l’heure du bilan, la question est donc de savoir si l’Afrique est sur le bon chemin. La rébellion armée et/ou la prise du pouvoir par la force sont-elles un mode fiable de libération ou de démocratisation ?

La gouvernance de l’Eglise catholique remise en question au Cameroun

L’obligation des fidèles à rembourser une dette inexpliquée à l’Archidiocèse de Yaoundé à hauteur de 6 milliards de FCFA secoue encore le milieu catholique au Cameroun et pose la question de la gouvernance de l’Eglise. Deux questions se posent sans réponses : (1) A quoi ont servi les fonds empruntés ? (2) Quelles dispositions l’Église prend-elle pour améliorer sa gouvernance à l’avenir ?