Louis-Marie KAKDEU

Lutte contre Boko Haram : stopper la radicalisation

Le 22 décembre 2014, l’un des camps d’instruction du groupe islamiste Boko Haram a été démantelé au nord du Cameroun, dans la localité de Guirvidig, la secte recrutait des enfants âgés de 7 à 12 ans pour leur apprendre l'islamisme radical et le djihadisme. Le spectacle est intenable. Pendant que les uns meurent, d’autres se font recruter même volontairement. Le 28 décembre 2014, c’est plus d’un millier de jeunes radicalisés qui ont accompagné la secte islamique dans l’envahissement du camp militaire camerounais d'Achigachia et le hissage de leur drapeau dans la localité. Les seules stratégies militaire et judiciaire sont-elles suffisantes pour lutter de façon efficace et efficiente contre Boko Haram ?

La démocratie camerounaise en danger

A force de vouloir conserver le pouvoir, le régime de Yaoundé prend depuis quelques années, une série de mesures qui s’avèrent essentiellement liberticides. Quelles sont les dérives à la démocratie et aux droits de l’homme dans les derniers développements de l’actualité politique au Cameroun et quelles lectures peut-on en faire ?

Fraudes électorales en Afrique : techniques et pistes de solutions

Au moment l’Afrique se prépare à organiser en 2015 plusieurs élections présidentielles, il convient de s’interroger sur les techniques de fraudes utilisées et de proposer des moyens de lutte. Nous entendons par fraude électorale toute tentation d’un camp à vouloir détourner en sa faveur tout ou partie du corps électoral. Comment fraude-t-on les élections de nos jours en Afrique et comment peut-on s’en prémunir ?

Les cinq réformes nécessaires dans l’administration publique en Afrique

L'absence de reddition de compte et la montée de la gabegie dont fait preuve l'administration publique en Afrique est contraire aux principes de management public applicables en démocratie. Les nominations, les affectations, les attributions de marchés publics, les recrutements, sont plutôt des outils de rétribution des « soldats électoraux ». Cette logique de rente électoraliste qui bloque les ascenseurs sociaux s’oppose à la logique de création de valeur qui conduit au développement. La question est de savoir si l’Afrique peut se permettre de continuer dans ce sens. Quelles réformes administratives seraient nécessaires pour accompagner le développement et la démocratisation du continent?

Gare à l’instrumentalisation du nationalisme en Afrique !

Dans la plupart des pays africains, les épreuves historiques de l’esclavage, de la colonisation et de la décolonisation ont laissé un sentiment profond de dépossession, d’oppression, de persécution et de bannissement qui crée et entretient l’élan émotionnel de la recherche de l’unité et de la solidarité nationale. Nous parlons donc de nationalisme en référence à ce mouvement d’idées et d’émotions exaltant l’appartenance à sa nation par opposition aux autres, injectant une logique de « Nous contre eux ».