Leon Louw

Paludisme : la liberté économique sauve des vies

« Toute nation a le gouvernement qu'elle mérite » écrivait le philosophe français du 18ème siècle Joseph de Maistre. Les Vénézuéliens, qui ont voté pour une politique socialiste lors des élections successives, « obtiennent maintenant ce qu'ils méritent, et plus encore ».

Intellectuels africains : des éclaireurs éblouis ?

Il est communément admis que moins un gouvernement est interventionniste, plus les individus sont libres. Le prix Nobel d’économie Friedrich Hayek dérangeait lorsqu’il affirmait qu’un gouvernement est d’autant plus utile au bien commun, qu’il intervient modérément. Pourtant, si l’on prend le cas de l’Afrique du Sud, le gouvernement y est plus lourd et plus puissant que jamais. Pourquoi cet environnement coercitif est-il si attractif en particulier pour les intellectuels dont la majorité lutte contre les marchés libres? On se demande foncièrement pourquoi ?

Afrique du Sud : l’excès de protection génère de l’exploitation

L’Afrique du Sud est incroyable. Nous y protégeons les travailleurs de l'exploitation des employeurs plus que tout autre pays. Nous enregistrons cependant le plus haut niveau de chômage de longue durée dans le monde. La meilleure façon de protéger de l’exploitation consiste à faire en sorte que personne n’ait un emploi.

Afrique du Sud : S’insurger contre les politiques irresponsables

La décision de la Haute Cour de Pretoria (Afrique du Sud) lors du procès intenté par la compagnie aérienne privée Comair pourrait désespérer. En effet, elle va permettre au gouvernement de continuer à détourner avec insouciance l'argent public au profit des riches qui gèrent et ceux qui volent à bord de la South African Airways (SAA). On pourrait aussi être désespéré par les ministres qui ignorent leurs promesses et leurs engagements, quand ils appâtent les gens vers des compagnies privées sous de faux prétextes, et en même temps maintiennent sous perfusion les dinosaures de l'apartheid en faillite.

Afrique du Sud : Quand les pauvres paient pour les riches.

La « délinquance » étatique se fait « aux frais du contribuable » et fait partie de l'un des mythes les plus trompeurs et les plus destructeurs. Certains ont fait valoir que le gaspillage du gouvernement ne coûte rien aux contribuables. Néanmoins, une telle affirmation douteuse mérite quand même que l’on en examine le bien-fondé.