Secrets d’une économie dynamique : réduire les coûts de transaction et la règlementation

Version imprimableVersion imprimable
Secrets d’une économie dynamique : réduire les coûts de transaction et la règlementation

Je parcours un long trajet en bus pour aller travailler. Chaque jour je suis absorbé par la lecture des dernières nouvelles ou par un article académique, mais l'autre matin, je pensais à un épineux problème et je réfléchissais en regardant par la fenêtre. La réponse au problème m’est venue en regardant sous mes yeux tous ces véhicules utilitaires et commerciaux engagés, d’une manière ou d’une autre, dans une transaction économique. J’ai réalisé que l’économie repose avant tout sur les coûts de transaction.

Le prix Nobel Ronald Coase avait attiré notre attention sur les coûts de transaction dans les années 1930. Dans son article intitulé « La nature de l'entreprise », il a examiné le rôle de ce que l'on appelait alors les «coûts de commercialisation» pour rendre possible une transaction économique et le rôle particulier du contrat de travail dans la réduction de ces coûts.

Un coût de transaction est, dans sa définition la plus simple, le coût encouru pour effectuer une transaction économique (comme acheter d'un nouveau téléphone, obtenir des conseils juridiques ou se déplacer en avion). Si les coûts de la transaction sont trop élevés, la transaction n’aura tout simplement pas lieu. Pourtant, ce sont ces transactions qui sont à la base de la création de richesse. Comme le dit David R. Henderson: «La seule façon de créer de la richesse consiste à transférer des ressources à faible valeur vers un usage à valeur supérieure » de manière à ce que les deux parties gagne dans l'échange.

Donc, si les coûts de transaction sont trop élevés, les ressources sont moins attractives. Ainsi, pour reprendre nos exemples, je préfèrerais garder mon argent dans ma poche plutôt que d’acquérir un nouveau téléphone, l’investissement que l'avocat consacrera à sa formation ne sera pas rentable, et les avions voleront avec un faible taux de remplissage. Dès lors, il est de notre intérêt de réduire les coûts de transaction. La technologie y a grandement  contribué dans les décennies qui ont suivi l’article évoqué plus haut écrit par Coase en 1937. Pourtant, il y a d'autres aspects qui sont négligés, tels que l’état de droit qui permet de réduire la corruption et donc de réduire d’autant les coûts de transaction.

En effet, la large richesse de l'Amérique, par exemple, peut s'expliquer par la baisse des coûts de transaction. L'invention et l'adoption de l'automobile, par exemple, a baissé le coût de transaction en facilitant le transport. Tous ces véhicules utilitaires que j’observais de mon autobus étaient engagés dans des transactions économiques qui n'auraient pas été possibles il y a cent ans.

Dans son deuxième grand article (1960), Coase a examiné «Le problème du coût social». Selon Coase, les «externalités» économiques n'étaient pas seulement l’affaire d'une partie infligeant un préjudice à une autre, mais un conflit d'intérêts qui pourrait être résolu par une transaction économique, si les coûts de transaction étaient suffisamment bas.

Nous vivons maintenant dans un monde une application telle que « Venmo » nous permet de régler plus facilement nos achats via mobile. D’évidence, les problèmes de nuisances environnementales pourront eux aussi être résolus rapidement et facilement par des mécanismes appropriés de partage des coûts. Nous n’en sommes pas encore mais nous avançons dans ce sens. La technologie a permis de créer des plateformes  mettant les gens en contact les uns avec les autres ce qui a entrainé l’essor du partage de maison ou encore du covoiturage.  Ces nouveaux marchés ont émergé grâce à la baisse des coûts de transaction. Par extension, il est tout à fait possible d’imaginer la création de nouveaux marchés environnementaux. Vous voulez par exemple sauver la chouette tachetée? En utilisant une plate-forme de crowdfunding, vous pourriez mobiliser des fonds destinés à l’indemnisation du propriétaire de la forêt qui, pour préserver l’habitat de la chouette, ne sera pas en mesure de récolter du bois de sciage.

Malheureusement, alors que la technologie pourrait permettre une diminution drastique des coûts de transaction, les lourdeurs réglementaires plombent le système et font exploser les coûts à la hausse. Les réglementations sur les plateformes de paiement telle Venmo pourraient faire perdre tout intérêt à cette innovation. De même, les réglementations sur les permis de travail pourraient entraver une embauche par des exigences de licences couteuses. La réglementation environnementale empêche la possibilité de mener une campagne de crowdfunding pour sauver la chouette tachetée (l'argent va plutôt aux groupes de pression qui incitent à toujours plus de réglementations).

C'est problématique car la lourdeur règlementaire  bloque la création de richesse. Ce n'est pas un hasard si la stagnation du revenu en Amérique a commencé au moment la réglementation a commencé à s’alourdir. Si nous supprimons ce fardeau, les coûts de transaction vont diminuer, et de la fenêtre de mon bus, il y aura encore plus de véhicules commerciaux assurant les échanges, la création de richesse. Finalement, toute cette dynamique commerciale repose sur les coûts de transaction.

Iain Murray, vice-président du Competitive Enterprise Institute. Article initialement publié en anglais par la Foundation for Economic EducationTraduction réalisée par Libre Afrique – Le 17 février 2017.