Oxfam : au service des pauvres?

Version imprimableVersion imprimable
Oxfam : au service des pauvres?

Oxfam, une riche organisation caritative basée à Londres, peut être qualifiée de grande hypocrite, d’autant que, sous des allures de bon samaritain, elle prône des politiques nuisibles pour les pauvres. Chaque année, juste avant le forum de Davos, Oxfam publie un rapport sur «l'inégalité» dans le monde. C'est un non-sens. Oxfam sensée lutter contre la faim, attaque le capitalisme, qui justement permet avec succès de réduire la pauvreté ; et soutient le socialisme, qui engendre la famine. Un porte-parole d'Oxfam en Afrique du Sud est allé même jusqu’à déclarer que le capitalisme était un « crime contre l'humanité ».

Si nous voulons analyser sérieusement les inégalités, il est évident qu’il faudrait commencer par la société la plus inégalitaire de la terre : la République socialiste de Corée du Nord. Ici, une dynastie socialiste dirigeante, maintenant dirigée par Kim Jong-un, vit dans le luxe absolu, la splendeur, le privilège et le pouvoir tandis que le peuple meurt de faim. Les Cubains, Che Guevara et Raul Castro, pensaient que la Corée du Nord représentait un socialisme parfait. Alors, pourquoi Oxfam ne mentionne-t-elle jamais la Corée du Nord dans ses lamentations sur l'inégalité ou ne calcule jamais son coefficient de Gini?

De bonnes intentions qui creusent la pauvreté

Oxfam donne une mesure restreinte de l'inégalité, à savoir, le revenu déclaré. Elle ignore toute la richesse, vitale pour les pauvres, les revenus non déclarés, le capital informel, les subventions et services gouvernementaux. L'inégalité de revenu formelle n'a pas d'importance. Peu importa qu'un riche ait un revenu formel mille fois plus grand que le mien. L’important pour moi est que j'ai assez à manger et ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. C'est le recul de la pauvreté qui compte, pas l'inégalité des revenus. L’inégalité qui compte est celle qui existe entre ceux qui ont un emploi, quel qu’il soit, et ceux qui n'en ont pas. Oxfam au contraire défend des salaires minimums. C’est certes attractif intellectuellement mais on sait que ça va freiner l’emploi et empêcher les pauvres, souvent peu qualifiés, d’accepter un petit boulot salvateur bien que peu rémunéré. Selon Oxfam, il est moralement préférable que les pauvres meurent de faim plutôt que de gagner un petit salaire.

La moralité du capitalisme

Plusieurs témoignages, laisse croire que l'homme le plus riche qui n’ait jamais vécu était Mansa Musa, un Africain qui a régné au 14ème siècle au Mali. Il détenait de colossales quantités d'or. Aujourd’hui, on considère que l'homme le plus riche (moins que Musa) est Bill Gates, un capitaliste dont la richesse a été acquise en mettant les merveilleuses opportunités de la technologie de l'information à la disposition des pauvres comme jamais auparavant.

C'est la même chose pour la plupart des milliardaires capitalistes aujourd'hui décriés par Oxfam. Ils sont devenus riches en aidant des milliards de personnes à sortir de la pauvreté en leur fournissant des biens et services merveilleux et bon marché. Dans n'importe quel township noir d'Afrique du Sud aujourd'hui, vous trouverez des personnes pauvres avec de meilleurs moyens de communication (téléphones portables) que celles connues par Jules César, grâce aux milliardaires de l’informatique.

Capitalisme versus socialisme

Grâce au capitalisme, les cultures vivrières mondiales continuent de croître, et la nourriture devient de moins en moins chère. Le socialisme quant à lui ne produit que la famine. Quand Lénine prit la Russie en 1917, il créa l'Union des Républiques Socialistes Soviétiques et imposa l'agriculture socialiste. Une grande famine s’en est suivie. Paniqué, il a réintroduit du capitalisme dans l'agriculture dans sa nouvelle politique économique en 1922, et les récoltes se sont améliorées. Staline imposa alors un socialisme encore plus radical. Cela a produit la famine des années 1930 qui a tué des millions de personnes. En Chine, le communiste Mao Tse-Tung a était à l’origine de la pire famine de l'histoire, tuant environ 50 millions de personnes. En Éthiopie, avec l'aide cubaine, les communistes sous Mengistu Haile Marian ont pris le pouvoir et ont mené le pays vers la famine de 1984. Pendant ce temps là, les États-Unis capitalistes viennent de produire une autre récolte de maïs record.

Est-ce la richesse des riches qui crée la pauvreté ?

La plus grande erreur en économie est de penser que la richesse est finie («un jeu à somme nulle») et dépendante de ressources limitées. Si un homme devient plus riche, ce serait donc au détriment des autres. Ça n'a pas de sens. La richesse peut s'étendre indéfiniment. Au cours des dix derniers millénaires, l'homme moyen est devenu 20 fois plus riche et la population a été multipliée par 500 sans ajouter un atome de fer ou un mètre carré à la surface de la Terre. Le capitalisme augmente la richesse, comme Karl Marx l'a si éloquemment expliqué.

Qu'en est-il d'Oxfam elle-même? Il y a une grande opacité autour d’elle. Les dernières informations révèlent qu'en 2012/13, le PDG d'Oxfam a gagné 119 560 livres sterling par an. C'est une richesse considérable. C'est presque 14 000 dollars US par mois soit 60 fois plus que la plupart des Africains et 400 fois plus que les pauvres travailleurs du textile du Bangladesh qu'Oxfam aime citer. Interrogé pour justifier cette énorme inégalité, Oxfam compare le revenu de son PDG non pas avec les pauvres mais avec d'autres personnes très riches. Par cette supercherie, presque n'importe quelle personne super-riche pourrait dire, « Bill Gates gagne plus que moi ».

Est-ce que Oxfam pense que les travailleurs du Bangladesh sont pauvres parce que son PDG est si riche? Ce serait un argument absurde. Mais il semble que ce soit l'argument qu'elle utilise contre d'autres riches, en particulier les capitalistes qui justement fournissent des biens et des services aux pauvres.

Andrew Kenny, journaliste indépendant sud-africain – Article initialement publié en anglais par la Free Market Foundation – Traduction réalisée par Libre Afrique – Le 19 février 2018.