Afrique : une zone de libre-échange pour exorciser les démons du socialisme

Version imprimableVersion imprimable
La ZLEC socle de la croissance des pays africains

Après la ratification par la Gambie, pays d'Afrique de l'Ouest, de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC) en avril, le seuil de vingt-deux nations, nécessaire à l'entrée en vigueur du pacte commercial, est désormais atteint. C’est une bonne nouvelle pour l’Afrique, car non seulement une zone de libre-échange à l’échelle du continent stimulera l’économie de la région, mais l’accord relatif à la zone de libre échange représente un changement idéologique important par rapport aux relents socialistes qui hantaient une grande partie du continent depuis son indépendance.

Malheureusement, la plupart des pays africains ont pleinement adhéré au modèle économique socialiste lorsqu'ils ont été libérés de leurs dirigeants coloniaux. Comme l'a souligné George Ayittey, président de la Free Africa Foundation, «le capitalisme était assimilé au colonialisme, et comme ce dernier était malfaisant et exploiteur, il en était de même pour le premier». Tout simplement, le socialisme «était préconisé comme le seul chemin menant à la prospérité de l'Afrique ».

Les racines collectivistes de l'Afrique

L’expérience socialiste de l’Afrique a commencé en 1957 lorsque le Ghana a obtenu son indépendance. Le premier dirigeant du Ghana, Kwame Nkrumah, était un «socialiste marxiste» autoproclamé et a encouragé les autres États africains à rechercher l'indépendance et à rechercher «une totale appropriation de l'économie par l'État». De nombreux dirigeants africains ont suivi l’exemple socialiste de Nkrumah: Modibo Keita au Mali, Sekou Touré en Guinée et Léopold Senghor au Sénégal, pour n’en nommer que quelques-uns. Ces dirigeants ont souvent été surnommés «les principaux architectes du socialisme africain». Cependant, malgré leur exposition socialiste précoce, ces quatre pays s'ouvrent aujourd'hui à la liberté avec la ZLEC.

En 1963, l'Organisation de l'unité africaine (OUA) – l’ancêtre de l'Union africaine (UA) - a été créée en grande partie grâce à Nkrumah et Julius Nyerere, président de Tanganyika, puis de la Tanzanie. Ils ont estimé qu’une «Afrique socialiste unie était une condition nécessaire à l’affirmation de l’identité africaine». Les politiques favorables au marché défendues par l’UA aujourd’hui ne sauraient être plus opposées aux intentions socialistes de Nkrumah et Nyerere à l’origine de l’OUA.

La ZLEC, un projet de l'UA, a été présenté en mars 2018 par Paul Kagame, président du Rwanda et (à l'époque) chef de l'Union africaine. Idéologiquement, Kagame se décrit comme un passionné de libre-échange et un disciple de Lee Kuan Yew, le Premier ministre de Singapour, la nation du libre-échange. Les vues capitalistes de Kagame ne sont pas des croyances marginales et, après l’introduction de la ZLEC, quarante-quatre des cinquante-cinq nations de l’UA ont immédiatement signé l’accord pour montrer leur soutien. Aujourd'hui, seuls trois pays doivent encore signer.

Embrasser le libéralisme économique

Le virage pris par l’Afrique vers la libéralisation économique est une bonne nouvelle pour le continent car, comme le note le Professeur Ayittey, la relation amoureuse historique entre l’Afrique et le socialisme n’a débouché que sur «la ruine économique, la dictature et l’oppression». Contrairement à la ruine économique et à l’oppression du socialisme, la mise en œuvre de la ZLEC permettra probablement au commerce intra-régional de progresser jusqu’à 52% en quelques années seulement. Ce chiffre pourrait ensuite doubler une fois que les 10% des droits de douane sur les «produits sensibles» auront été éliminés. Cette impulsion commerciale ajoutera des milliards de dollars à l’économie du continent.

L’un des avantages de la ZLEC réside dans le regroupement de nombreux États africains au sein d’un marché unique, ce qui permet à l’Afrique de commercer plus facilement avec le reste du monde. Si tous les États membres de l'UA ratifiaient la ZLEC, il ne faudrait négocier qu'un seul ensemble d'accords commerciaux avec chaque partenaire commercial extérieur, au lieu de cinquante-cinq accords commerciaux individuels pour chaque pays africain.

Un nouvel avenir prospère

Cela ne veut pas dire que le large virage de l’Afrique vers la libéralisation économique résoudra tous les problèmes du continent. Pour rappel, jusqu'à présent, seuls 22 États membres de l'UA ont ratifié la zone de libre-échange et, même si d'autres pays devraient adhérer dans les prochains mois, il reste encore beaucoup à faire avant que l'ensemble du continent ne rejoigne la zone de libre-échange. De même, le Nigéria, la plus grande économie du continent, reste farouchement opposé à l’accord commercial.

Pourtant, même si le socialisme continue de montrer son vilain visage à travers l’Afrique, nous pouvons tous nous féliciter du fait que l’idéologie socialiste qui a sévi sur le continent pendant des décennies n’est plus un courant dominant. La ZLEC a vraiment le potentiel de faire croître l’économie de l’Afrique et d’en sortir de nombreuses personnes de la pauvreté. Lorsque l’accord sera mis en œuvre plus tard cette année, il devrait être perçu comme un signe que l’Afrique est en train de rompre avec son passé socialiste et se prépare à un nouvel avenir prospère, caractérisé par le libre-échange. Les Africains doivent espérer que cette tendance se poursuive.

Alexander Hammond, chercheur au Washington Think Tank – Article initialement publié en anglais par la Foundation for Economic Education – Traduction réalisée par Libre Afrique – Le 31 mai 2019.