Derniers billets

Soudan : les dessous de la crise du pain

Depuis le début du mois de janvier 2018, le gouvernement soudanais fait face à de vives contestations. Des centaines de personnes prennent d’assaut les rues de Darfour et d’autres grandes villes pour protester contre la hausse des prix des produits alimentaires, notamment le blé  dont la subvention a été supprimée dans le budget de 2018 et l’importation confiée au secteur privé.  Cette décision s’est répercutée sur le prix du pain aujourd’hui doublé et en hausse continuelle. Qui est responsable de cette crise du pain ?

Afrique : l’immense espoir du marché unique du transport aérien

Voyager en avion d'un pays africain à un autre, comme en témoigneront ceux qui ont l’habitude de se déplacer dans les airs, est souvent laborieux, coûteux et fastidieux en raison de mauvaises liaisons aériennes découlant de politiques protectionnistes mal avisées.

Tchad : l’opulence pour l’Etat, l’austérité pour le peuple

Selon la loi de finance 2018, le budget général de l’Etat tchadien se chiffre à 1343 milliards de francs CFA alors que les prévisions de recettes ne sont que de 846 milliards de francs CFA. Le gouvernement « doit recourir aux financements extérieurs de toutes natures » parmi lesquels, ceux du FMI. A cet effet, les bailleurs de fonds exigent des efforts conséquents pour « améliorer la qualité des dépenses publiques » visant à réduire le déficit public structurel. Cette exigence de rigueur budgétaire relève du bon sens. Néanmoins, la politique d’austérité prônée cible plutôt les plus démunis, laissant de côté l’essentiel des poches de gabegie et de gaspillages.

Pas de croissance sans liberté des prix !

Lorsqu'ils sont laissés libres, les prix orientent toutes les ressources, y compris le travail et le capital, vers leurs utilisations les plus productives. Si l’on examine une économie et que l’on fait l’inventaire de tous les échanges volontaires, faits dans un contexte de paix, sans entraves bureaucratiques, avec des prix libres, on peut qualifier ces échanges de capitalistiques. Mais met au défi quiconque de démontrer que ces activités capitalistiques causeraient du tort à la population dans son ensemble.

Afrique : La propriété privée n’est pas une création importée

Il existe des intellectuels «critiques» qui remettent en question la légitimité de l'institution de la propriété privée. Ils jugent idéologiquement la propriété plutôt que factuellement. La propriété privée n'est pas une idée importée de «l'Occident». Il s’agit juste d’un corollaire de la nature humaine.