Derniers billets

Affaire du « Dirty diesel » : A qui incombe la responsabilité ?

Le niveau de la teneur en soufre du carburant vendu en Afrique est 378 fois plus élevé que celui vendu en Europe. C’est l’une des informations que donne le rapport « Dirty diesel » publié par Public Eye après trois ans d’enquêtes dans la filière du pétrole. Aussi, selon ce rapport, cette qualité de carburant très nuisible pour l’environnement, aurait inéluctablement des conséquences sur la santé des personnes vivantes il est utilisé. En dépit des dangers qu’il représente, ce carburant continue d’être importé en Afrique, pour consommation. A qui la faute ?

Bénin: la présomption d’innocence n’exclut pas la transparence

Depuis l'avènement du nouveau régime dit de "la rupture" au Bénin, de profonds changements sont annoncés dans tous les secteurs. C'est à ce titre que des audits ont été commandités afin de recenser les prévarications de l'ancien régime et d'engager une lutte contre la corruption. Mais à la surprise générale le ministre  de la justice a annoncé le 08 novembre 2016 le refus  du gouvernement de publier les résultats d’audits commandités dans les Sociétés et offices d’Etat.

Fallait-il tenir les élections communales au Mali ?

Après moult reports, les élections communales au Mali se sont tenues le 20 novembre 2016 au milieu d’une polémique dont le bruissement a traversé les rives du Djoliba. Pour un pays la décentralisation est synonyme  du  « retour du pouvoir à la maison », procéder au renouvellement du personnel politique chargé des collectivités locales est en soi louable. Sauf qu’en sus du fait que le septentrion et le Centre sont en proie à toutes sortes de menaces sécuritaires, la campagne électorale s’est déroulée  dans une atmosphère les populations n’ont pas été emballées par les meetings et autres opérations de séductions électorales. Dès lors,  ces nouveaux élus seront-ils plus légitimes que ceux dont le mandat est en jeu ?

2 ans après l’insurrection burbinabè : une rupture timide

L’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 au Burkina Faso a contraint le président Blaise Compaoré à démissionner. Le saccage de l’Assemblée nationale, le projet de loi modificative aurait être voté, et l’exil forcé de l’ancien président en Côte d’Ivoire sont les symboles forts de cette victoire insurrectionnelle. Deux ans après le succès de l’insurrection, pourrait-on affirmer que le Burkina Faso a amorcé une rupture politique ?

Un revenu minimum garanti pour une révolution agricole africaine

Les politiques agricoles de pays comme le Sénégal visent à garantir une sécurité alimentaire aux populations rurales, à améliorer leur accès à des services sociaux, et à développer l’investissement privé dans l’agriculture. Très souvent, ces populations exploitent de petites parcelles de terres qui ne permettent pas de réaliser des économies d’échelle.