Derniers billets

Afrique : le contrat social à l’agonie

En Afrique, les pays constamment en proie aux troubles sociaux sont les plus pauvres. L’origine de ces troubles n’est pas que d’ordre économique d’autant que le continent est  potentiellement très riche économiquement. Une explication complémentaire à l’origine de ces troubles doit être cherchée ailleurs, notamment dans les rapports politiques entre le peuple et ses représentants, rapports marqués par la non concordance entre ces deux grandes « entités ».

Nigéria : le salut passe par l’investissement privé

La plupart des Etats de la fédération du Nigéria se battent actuellement pour leur survie financière. Le gouvernement fédéral, qui les a sauvés plusieurs fois via des transferts d’allocations, doit batailler contre des défis encore plus importants: indisponibilité des réserves de change, instabilité de la monnaie nationale, faiblesse des prix du pétrole, attaques sur ses oléoducs.

Cameroun : La séparation des pouvoirs en danger

La question de la séparation des pouvoirs entre l’exécutif, le judiciaire et le législatif est au cœur des polémiques autour de la révision du code pénal au Cameroun. Le  débat porte sur « les empiètements du judiciaire sur certaines immunités ». En effet, l’exécutif avait tenté de s’octroyer une immunité (article 127) dans la nouvelle loi n°2016/007 du 12 juillet 2016 portant Code Pénal soumise avec succès au vote du législatif lors de la session de juin 2016. De quoi s’agit-il et que faire ?

Maroc : défense commerciale antichambre du protectionnisme?

Les demandes d’ouverture d’enquête antidumping et de sauvegarde sont de plus en plus fréquentes au Maroc. Les requêtes d’antidumping sont encore plus nombreuses et visent à limiter les importations en provenance de pays qui exportent à des prix inférieurs à ceux pratiqués sur leurs marchés intérieurs. De la restriction des importations des PVC américains, au contreplaqué chinois, en passant par les tôles en acier laminé européennes, le leitmotiv est de protéger l’industrie locale. Toutefois, peut-on s’abriter uniquement derrière la défense commerciale pour sauvegarder notre industrie?

Afrique du Sud : Libérer les prix pour libérer les patients

En 2014, le ministre de la santé, Aaron Motsoaledi, accusait les compagnies pharmaceutiques d'être « sataniques » et « génocidaires ». Lors de son récent speech à l’occasion du vote du budget de son ministère, il continue en soutenant que « les prix sont tels que les médicaments anticancéreux sont devenus diaboliquement inabordables. Si aucune mesure drastique n’est prise aujourd'hui, nous allons compter les sacs mortuaires comme en temps de guerre. ».